Attribution à Prague des prix de la fondation Pangea

r_2100x1400_radio_praha.png

Les écrivains tchèques, Zdena Salivarova et Josef Skvorecky, et le réalisateur de cinéma polonais, Andrzej Wajda, sont les lauréats de cette année de la fondation Pangea. Alena Gebertova a assisté à leur attribution.

La cérémonie de la remise des prix s'est déroulée, ce dimanche soir, dans l'une des plus belles salles de théâtre de Prague, le théâtre Na Vinohradech. Inspirée par Jan Amos Comenius, la fondation Pangea se propose de contribuer à sa manière « à la correction des choses humaines ». Le choix de ses candidats pour les prix annuels s'inscrit dans cet ordre d'idées : ce sont toujours des personnalités à un crédit humain et moral élevé. Ainsi, sur la liste des précédents lauréats figurent, par exemple, Vaclav Havel, Ingmar Bergman ou Jacques-Yves Cousteau.

installés, depuis 1968 au Canada, n'ont pas pu assister à la soirée. Ecrivains tchèques des plus aimés dans leur pays d'origine, le public les a très longuement applaudis. Une réaction à leur oeuvre, une réaction aussi à leurs activités éditoriales au Canada, qui ont permis la publication d'auteurs tchécoslovaques, interdits sous le communisme. Dans son message, leur ami de longue date, Milan Kundera, écrit : « Nous ne saurons jamais leur rendre leur dévouement... Je pense à ces deux êtres avec amour. Je pense à la beauté de leurs caractères doux et agréables, qu'ils ont su sauvegarder, en dépit des temps maussades et scélérats ». La salle, debout, a acclamé Andrzej Wajda, 75 ans, qui, lui, est venu en personne à Prague. Ce fut une occasion pour plusieurs cinéastes tchèques, jeunes et moins jeunes, de lui exprimer leur admiration et respect. Milos Forman lui a écrit : la célèbre « vague de cinéma tchèque», de la fin des années soixante, s'était inspiré du néorréalisme italien, de créateurs américains indépendants et de Andrzej Wajda... Apparemment très à l'aise, le grand cinéaste polonais, accompagné de son épouse, s'est déclaré très satisfait du prix de la fondation Pangea. « L'Europe d'aujourd'hui est vieille et fatiguée. Elle a besoin de qualités que ce prix symbolise», a-t-il dit...