Avant Noël, les Tchèques achètent beaucoup de livres

r_2100x1400_radio_praha.png

Avant Noël, les livres en République tchèque se vendent fort bien. Est-ce une preuve de ce que le goût des Tchèques pour l'écrit demeure toujours prononcé ? Alena Gebertova.

Force est de constater d'abord que, d'une manière générale, cette année, les Tchèques sont prêts à dépenser beaucoup d'argent pour les cadeaux de Noël. D'ores et déjà, les recettes obtenues dans l'ensemble des supermarchés et des hypermarchés dans le pays sont nettement plus élevées par rapport aux années précédentes. On achète naturellement un peu de tout. D'après les informations des principales librairies de Prague, ce sont, aussi, les livres qui représentent un article très recherché.

« La période d'avant Noël est très fructueuse pour les libraires », dit Bohumil Fiser, qui possède quatre grandes librairies pragoises. Par ailleurs, il estime que les gens ont l'habitude d'acheter les livres pendant toute l'année. Ainsi, dans les années quatre-vingt-dix, il n'y avait pas lieu de parler d'une crise de l'écrit, en dépit d'une grande concurrence du petit écran et des feuilletons télévisés américains qui, ces dernières années, l'ont envahi. Tout indique, aussi, que les gens s'orientent de plus en plus vers la bonne littérature. Un autre trait typique, mais pas très suprenant: les Tchèques riches achètent moins de livres que les autres.

Et quels sont les genres littéraires qui se vendent le mieux ? Les priorités demeurent pratiquement les mêmes, depuis 1990 : ce sont les encyclopédies, les biographies, les publications de vulgarisation scientifique, des publications culturelles et d'images qui sont très en vogue, la position de la littérature de fiction demeurant toujours bonne. La seule catégorie qui se vend probablement moins bien qu'avant est celle de livres pour enfants... S'agissant des « tubes » sur le marché littéraire d'avant Noël, il faut mentionner, en premier lieu, la nouvelle édition des Fables de La Fontaine, avec les illustrations de l'artiste tchèque renommé, Adolf Born. Le même d'ailleurs qui a illustré, aussi, leur dernière édition française.