Depuis 80 ans, les Salésiens sont présents en Tchéquie au service des jeunes

Photo: http://praha.sdb.cz

Les Salésiens, une congrégation de l'Eglise catholique fondée au XIXe siècle en Italie par Don Bosco, fêtent cette année 80 ans de leur présence dans notre pays. Depuis leur arrivée, en 1927, dans la ville morave de Frystak, leur oeuvre s'est élargie à 17 communautés à travers la Tchéquie et une en Bulgarie. L'histoire de cette congrégation interdite sous le régime précédent dans cette page d'histoire.

Le nom des Salésiens vient de Saint-François de Sales, humaniste et éducateur français du XVIe siècle, auquel le prêtre Don Bosco s'est référé, au moment de la fondation de la congrégation. La principale vocation des Salésiens est de donner un foyer, un métier, une éducation aux jeunes défavorisés, à risque, sans famille, aux enfants de la rue. A cette fin, les maisons pour jeunes étaient construites de par le monde, et la première a ouvert en 1927 à Frystak, en Moravie. Le père salésien Ladislav Heryan de la maison Don Bosco à Prague-Kobylisy raconte quels ont été les débuts :

« Le mouvement salésien est venu en Tchécoslovaquie avec le père Ignac Stuchly. En 1926, ce dernier a amené à Frystak, en Moravie, des garçons qui se préparaient en Italie à leur mission. L'oeuvre salésienne continuait jusqu'à l'arrivée des communistes. Après la nuit fatidique dite de la Saint-Barthélemy, du 12 au 13 avril 1950, lors de laquelle les ecclésiastiques étaient internés, les couvents abolis et les ordres interdits, l'oeuvre salésienne était étouffée et ne pouvait continuer que par quelques activités clandestines. Une renaissance s'est produite après 1989. »

Le cardinal Stepan Trochta, qui a consacré l'église de Sainte-Thérèse de l'enfant Jésus à Prague-Kobylisy, est une figure marquante des Salésiens tchèques. Le père Heryan :

« Pour nous, le cardinal Trochta est un martyr du régime communiste. Comme on le sait, il a survécu, par miracle, à l'internement dans le camp de concentration de Dachau - les gardiens qui croyaient qu'il était mort l'on jeté dans un chariot utilisé pour transporter les cadavres au crématoire et c'est ainsi qu'il s'est sauvé. Plus tard, il a été poursuivi par les communistes. Il est mort, après un interrogatoire, en 1974. »

Le père Heryan, photo: www.terezicka.org
S'occuper des jeunes à risque, sans famille, en leur proposant différentes activités culturelles et sportives dans les ateliers et les établissements aménagés à cette fin dans les maisons pour jeunes, voilà la principale vocation des Salésiens. Le père Heryan précise :

« Notre vocation est définie dans les statuts et elle se développe dans quatre principaux domaines: la vocation à l'apostolat parmi la jeunesse, notamment celle qui est pauvre et abandonnée. Cela veut dire que nous cherchons aujourd'hui en quoi consiste la pauvreté des jeunes. Ensuite, c'est la vocation au volontariat, la vocation aux missions et la vocation aux médias... »

En ce qui concerne le volontariat et les missions, les Salésiens tchèques ont une communauté en Bulgarie, ils ont aussi leur représentation à Rome, et plusieurs frères salésiens sont dans des missions en Amérique Latine, en Inde, en Corée. Des dizaines de jeunes se préparent chaque année au service de volontariat d'un an dans divers coins du monde, au Mexique, en Inde et notamment en Afrique: en Ethiopie et en Angola.

Les Salésiens tchèques sont très actifs dans les médias. Ils font paraître un journal, collaborent avec les chaînes de télévision Noe et Telepace et publient les livres dans leur propre maison d'édition, Portal. On écoute le père Heryan :

« A l'origine de la maison d'édition Portal, il y avait l'édition samizdat d'un journal. Plus tard, nous avons fait paraître le magazine, Anno domini. Après la révolution de Velours, nous nous sommes rendus compte de l'absence énorme de la littérature catéchistique, alors nous avons décidé de la publier et au fur et à mesure nos éditions se sont étendues à la littérature pédagogique et psychologique en sorte que nous sommes devenus la plus grande maison d'édition de ces littératures. Aujourd'hui, Portal, fait partie des 10 maisons d'éditions les plus importantes en République tchèque, avec plus d'une centaine de titres publiés chaque année. »

L'énumération des activités salésiennes ne serait pas complète si nous omettions de mentionner l'école supérieure de pédagogie et théologie, Jabok. Leur engagement au service des jeunes, c'est aussi une maison destinée spécialement aux jeunes Roms en difficulté ouverte tout récemment à Ostrava. Des soeurs salésiennes, qui sont une congrégation indépendante en République tchèque, ont ouvert à Prague-Karlin une école pour jeunes filles handicapées et celles des foyers de l'enfance qui n'avaient aucune chance de réussir et obtenir une formation. Cette année lors de laquelle ils fêtent 80 ans de leur présence en République tchèque, les Salésiens sont au nombre de 180, sur 17 000 qui se trouvent actuellement dans 140 pays du monde.