Des savants tchèques lauréats du prix Descartes

Le téléscope Hess, photo: HESS Project
0:00
/
0:00

Le prix Descartes pour la recherche, doté d'un million d'euros, a été remis le 7 mars, en partage à trois projets de recherche financés par la Commission européenne, lors d'une cérémonie qui s'est déroulée à Bruxelles. Des savants tchèques ont participé à l'un de ces projets.

Le projet auquel les savants tchèques ont participé s'appelle « HESS », du nom du physicien autrichien, Victor Hess, qui a découvert les radiations cosmiques. Il s'agit d'un système téléscopique stéréoscopique de haute énergie qui a révolutionné les techniques d'observation astronomique existantes et accru notre connaissance et notre compréhension de la Voie lactée et de l'univers. Le projet réunit une centaine de chercheurs d'Allemagne, de France, du Royaume-Uni, d'Irlande, de Pologne, de la République tchèque, d'Arménie, d'Afrique du Sud et de Namibie. C'est dans ce dernier pays, que se trouve, sur un haut-plateau, le téléscope révolutionnaire. Ces chercheurs, avec l'aide de l'Union européenne, ont conçu et construit le système, développé le logiciel complexe nécessaire pour recueillir et analyser les données, et offert une formation à de jeunes astronomes et astrophysiciens. C'est à la construction du téléscope installé en Namibie que le professeur Ladislav Rob, de la Faculté des mathématiques et de la physique de l'Université Charles de Prague, a participé. Le système optique des téléscopes a été fabriqué en partie par l'entreprise tchèque, Compas. Pour le recteur de l'Université Charles, Vaclav Hampl, le prix Descartes se classe tout de suite derrière le prix Nobel.

Le téléscope Hess, photo: HESS Project
D'après lui, un prix Descartes pour l'une des facultés de cette université prouve qu'elle est à un très haut niveau dans la science et la recherche. Et ce projet HESS, en quoi consiste-t-il ? Il a été lancé en 2004 et les savants, à l'aide d'un système de quatre téléscopes terrestres de 12 mètres de diamètre, installés en Namibie, étudient les rayons gamma qui proviennent de l'univers. Ils ont déjà confirmé l'hypothèse que les radiations cosmiques sont émises par les supernovas. La moitié des miroirs des téléscopes a donc été fabriquée par Compas, le reste par une société arménienne. Les miroirs tchèques seraient plus performants dans la réflexion de la lumière, alors que les arméniens résisteraient plus longtemps.

L'avenir ? Les savants continueront à observer les rayons gamma provenant de l'univers, grâce aussi à un cinquième téléscope d'un diamètre de 40 mètres, dont les miroirs seront fabriqués par la société tchèque Compas, à l'aide des moyens financiers rapportés par le prix Descartes.