En lisant vos courriels ...

« Navstevnici - Les Visiteurs »
0:00
/
0:00

Voici une émission pour tous ceux qui nous écoutent et, en plus nous écrivent de temps en temps. Merci pour vos lettres, vos cartes et aussi bien sûr pour vos courriels qui sont de plus en plus nombreux. Ce sont d'ailleurs vos courriels que nous citerons avant tout dans cette émission dans laquelle il y sera question de télévision et de cinéma.

« Navstevnici - Les Visiteurs »
Nous apprenons dans le courriel de Monsieur Patrick Baert de Belgique qu'il y a des séries tchèques pour enfants qu'on n'est pas prêt d'oublier :

« Navstevnici - Les Visiteurs »
« Je suis tombé un peu par hasard sur votre site internet, écrit-t-il. Vu son contenu, peut-être pourriez-vous m'aider. Dans les années 80, en Belgique, passait à la télévision une série tchèque pour enfants. Cette série racontait l'histoire d'extra-terrestres (mais à l'aspect humain) qui ne mangeait que des pilules lyophilisées (par ex : ils mettaient une de leurs pilules dans une assiette et elle se transformait en steak avec des pommes de terre !). Quand ces extra-terrestres avaient besoin d'argent, ils retiraient des billets qui apparaissaient dans la poche intérieure de leur veste. Je souhaiterais retrouver le nom de cette série (même en tchèque), ou le nom d'un acteur de cette série. C'est très important. J'espère que vous pourrez m'aider. »

M. Baert vous avez une bonne mémoire. En effet dans les années 1980 passait à la télévision tchèque et probablement aussi en Belgique la série intitulée « Navstevnici - Les Visiteurs ». Ne pas confondre avec la célèbre comédie dans laquelle Jean Reno joue le rôle d'un chevalier du Moyen Age qui se retrouve dans notre temps.

« Navstevnici - Les Visiteurs »
La série tchèque raconte en quinze épisodes les aventures de quatre Terriens qui, en 2484 entreprennent un voyage dans le temps pour revenir au XXe siècle. Ils espèrent retrouver des documents d'Adam Bernau, un mathématicien génial du XXe siècle dont les découvertes pourraient permettre de déplacer des continents et des planètes entières dans l'espace et dans le temps. Les documents sur ces recherches ont malheureusement brûlé et l'expédition, si elle veut les sauver, doit donc arriver en 1984, juste avant l'incendie fatal. Les visiteurs arrivent donc et retrouvent Adam Bernau, qui à ce moment-là n'est qu'un garnement de 10 ans. Et ils doivent se rendre à l'évidence, leur mission sera beaucoup plus difficile qu'ils ne l'imaginaient. Ils vont de surprises en surprises et leurs aventures au XXe siècle sont aussi drôles qu'amusantes.

« Navstevnici - Les Visiteurs »
La série tchèque comprenait 15 épisodes et a été tourné d'après le scénario de Ota Hofman et de Jindrich Polak, ce dernier ayant été chargé aussi de la réalisation. Des comédiens connus ont campé le quatuor des visiteurs. C'étaient Dagmar Patrasova, Josef Blaha, Josef Dvorak et Jiri Datel Novotny. Dans les autres rôles on a pu voir les meilleurs comiques de cette période-là Vladimir Mensik, Vlastimil Brodsky et Jiri Labus. Et le rôle de Mme Bernauova, mère du petit génie a été confié à Dagmar Veskrnova, comédienne qui devait épouser par la suite Vaclav Havel et devenir première dame de République tchèque.


Le courriel que nous avons reçu de M. François Faucher de France démontre qu'il y a entre les cultures française et tchèque des liens encore inconnus et qui restent à découvrir. M. François Faucher qui se présente comme président de l'Association des amis du Père Castor nous écrit :

« Je suis le fils de Lida Durdikova qui fut l'adjointe de Frantisek Bakule avant d'épouser Paul Faucher, avec lequel elle créa en France, "Les albums du Père Castor".Les albums du Père Castor sont connus dans beaucoup de pays. Certains albums sont d'origine tchèque, d'autres ont été traduits en tchèque. Ainsi, des millions de petits français ont appris à lire dans des livres d'inspiration tchèque. J'ai entrepris il y a douze ans, avec l'aide de l'Europe, de l'Etat, de la Région Limousin et du Département de la Haute Vienne l'édification d'une médiathèque dans la région de Limoges (ville jumelée à Plzen).Cette médiathèque, qui porte le nom de "Maison du Père Castor" inaugurée en octobre dernier, rassemble aussi les archives de mes parents Lida et Paul Faucher, ainsi que des archives en langue tchèque (correspondance avec les éducateurs tchèques d'avant garde).Ma mère connaissait bien Josef Lada et a publié en France, en 1935, un album de Josef Lada, "Cocorico", préfacé par Ladislas Havranek et le Père Castor. »

Rappelons dans ce contexte que Josef Lada était un célèbre peintre, dessinateur et illustrateur qui s'est rendu célèbre par des scènes de la vie idyllique à la campagne tchèque. On lui doit les illustrations d'innombrables livre pour enfants. Il a été aussi ami très proche de Jaroslav Hasek et illustrateur de son célèbre roman « Les aventures du brave soldat Chveïk. Mais revenons à la lettre de François Faucher.

« Ayant été bercé dans mon enfance par les livres de Lada et disposant d'un livre spécialement confectionné par Josef Lada pour moi,écrit-il, j'ai eu la chance en 1998 de visiter l'exposition de Lada qui a eu lieu au Château de Prague. Depuis, je rêve d'organiser en France une exposition des oeuvres de Lada soit à la médiathèque de Limoges soit à la maison du Père Castor. Pour cette occasion nous avons l'intention de publier en fac-similé de l'album Cocorico en souvenir des liens étroits qui unissaient les éducateurs tchèques et français au début de l'aventure Castorienne. Je vous serais reconnaissant si vous pouviez me mettre en contact avec les personnes qui pourraient m'aider à réaliser ce projet, et notamment avec le petit fils de Josef Lada. Un autre projet me conduira à Prague en mars prochain. Il s'agit d'un film sur les origines tchèques des albums du Père Castor. Ce film sera produit par les films du "Horla" et financé en partie par France 3. »

Pour la réalisation de ce film qui le conduira à Prague en mars prochain, François Faucher est à la recherche d'archives sonores et filmées concernant Frantisek Bakule et son choeur et notamment un film tourné dans la résidence et en présence du Président Masaryk et qui a été projeté aux informations dans les salles de cinéma dans les années 30. Frantisek Bakule, né en 1877 a été un pédagogue très original et philanthrope tchèque qui a consacré toute sa vie aux enfants handicapés.

« Nous recherchons aussi des documents sur la construction de l'institut Bakule à Smichov et sur l'institut Jedlicka avant 1919, poursuit François Faucher. Nous apprécierions beaucoup les indications que vous pourriez nous donner pour rassembler le maximum de documents. Ce film pourrait être un précieux lien entre nos deux pays et le premier maillon d'un partenariat entre le musée Komensky et la Maison du Père Castor. »

M. Faucher, merci pour votre intéressante lettre et pour toutes ces informations sur votre père, Josef Lada et Frantisek Bakule. Si vous venez à Prague, nous espérons que vous nous rendrez visite à la radio et nous aiderez par vos témoignages à faire une émission sur tous ces personnages qui méritent l'attention de nos auditeurs.


Un courriel nous est arrivé de la République du Bénin. « Nous avons photocopié plus de 200 grilles de programmes que déjà nous commençons à partager pour faire la promotion de Radio Prague pour que plus de personnes arrivent à vous écouter, nous écrit M. Benjamin Ghnahoui. C'est notre préoccupation majeure pour le moment. Nous désirons recevoir votre aimable opinion sur notre initiative et nous attendons votre réponse. »

M. Gnahoui, votre initiative nous fait un grand plaisir. Merci pour tout ce que vous faites pour Radio Prague et pour sa promotion au Bénin.

"Vous êtes pour moi, en plus de Radio France internationale sur 99.3, mon lien d'information préféré a Prague, nous écrit M. Vassili Le Moigne. Factuel, précis, en français classique, et touchant des sujets qui complètent parfaitement RFI. Merci. Même si nous ne sommes pas beaucoup à Prague pour profiter de votre service en langue française, sachez que pour ma part, depuis un an que je vous ai découvert, j'apprécie l'effort que vous faites. »

Vous avez réagi aussi à notre émission sur les interprétations actuelles du sacrifice de Jan Palach, étudiant qui s'est immolé par le feu en 1969 pour réveiller la société tchèque de sa passivité face à l'occupant soviétique. Notre émission se penchait notamment sur l'attitude des jeunes actuels vis-à-vis de ce sacrifice. L'hebdomadaire Respekt cite les réactions de quelques étudiants à cet acte qui a bouleversé en 1969 la société tchèque. Aujourd'hui, ils semblent être moins sensibles à la dimension héroïque de l'acte de Jan Palach. Certains estiment qu'il fallait plutôt s'opposer au régime totalitaire, d'autres avouent de ne pas bien comprendre pourquoi il a choisi la mort et quelle a été l'importance de son sacrifice. M. Thierry Monasse nous écrit :

« Et bien moi l'auditeur ou le lecteur de Radio Prague je crois que c'est important. A chaque fois que je vais à Prague, c'est à dire très rarement, je passe devant son monument. C'est vrai que vivant il aurait été peut-être plus utile. Mais ça, on ne le saura jamais. »

Quoi qu'il en soit, Jan Palach restera toujours avec nous pour nous réveiller, pour nous rappeler les dangers de la passivité et pour nous sortir de notre indifférence.