En République tchèque, le cidre fait des bulles

Photo: Alberto Elosegi, photo: CC BY-SA 3.0 Unported

Alors que leur consommation de bière diminue (légèrement) ces dernières années, la tendance selon laquelle les Tchèques consomment de plus en plus de cidre s’est une nouvelle fois confirmée en 2015.

Photo: Alberto Elosegi, photo: CC BY-SA 3.0 Unported
Le volume des ventes de cidre au détail a en effet presque triplé en République tchèque en 2015, après avoir déjà plus que quintuplé en 2014. Selon les données communiquées récemment par Nielsen, société spécialisée dans les études de marché et le commerce de détail alimentaire, 44 100 hectolitres se sont vendus (contre 16 200 en 2014) pour un montant de 254 millions de couronnes (soit près de 9,5 millions d’euros). Le prix moyen d’un litre de cidre s’est élevé à 57,60 couronnes (2,13 euros), ce qui représente une baisse de 17% par rapport à 2014.

Les marques Strongbow (qui occupe la première position), Carling, Kingswood et Somersby restent leaders sur le marché local. Les quatre plus importants groupes brassiers en République tchèque, Plzeňský Prazdroj, Les Brasseries Staropramen, Budějovický Budvar et Heineken, distribuent ou produisent également du cidre depuis quelques années. En comparaison avec la bière (près de 20 millions d’hectolitres brassés en 2014), la production de cidre ne représente encore toutefois qu’une goutte dans l’océan des boissons fermentées, alcoolisées et gazeuses.

La demande de cidre en pression augmente également dans les restaurants, comme le confirme Plzeňský Prazdroj, qui distribue les cidres de la marque Kingswood sur le marché tchèque. Selon la dernière enquête menée, 56% des Tchèques affirment avoir déjà goûté au moins une fois du cidre, contre 8% seulement encore en 2014. Plus généralement, à l’échelle européenne, le cidre est la boisson alcoolisée pour laquelle la demande augmente le plus rapidement. Entre 2013 et 2017, sa consommation devrait augmenter d’environ un tiers.