Fin du Grand Jubilé 2000

r_2100x1400_radio_praha.png

L'Eglise catholique tchèque a clôturé, le 6 janvier, le Grand Jubilé 2000 commémorant deux mille ans du christianisme. Jaroslava Gissubelova.

L'Eglise catholique tchèque a célébré la fin du Grand Jubilé par des messes solennelles, les 5 et 6 janvier, dans les principales cathédrales diocésaines à Prague, Brno et Olomouc. Le prêtre Daniel Herman, porte-parole de la Conférence épiscopale tchèque, estime que le Grand Jubilé 2000 a été tout à fait exceptionnel. Il a marqué un tournant en ce qui concerne la place du prêtre tchèque du 14e siècle, Jan Hus, brûlé vif comme hérétique. La veille du Grand Jubilé, en décembre 1999, lors d'un symposium international à Rome, l'Eglise catholique a reconnu la place de Jan Hus parmi les réformateurs de l'Eglise catholique. C'était un présage symbolique de l'entrée de l'Eglise catholique dans le IIIe millénaire, on ne pouvait commencer mieux, se félicite Daniel Herman.

Le Grand Jubilé 2000 a débuté le 25 décembre 1999 et duré jusqu'au 6 janvier 2000, quand le Pape, Jean- Paul II a fermé, pour les 25 prochaines années, la porte sainte de la basilique Saint-Pierre. Pour les catholiques tchèques, une partie du Grand Jubilé a été un pèlerinage à Rome lié avec la remise de l'arbre de Noël des Beskydes au Pape, à Noël 1999, et un pèlerinage printanier national à Rome.

La fin du Grand Jubilé 2000 a coïncidé avec la fin des fêtes de Noël. La fête des Rois, le 6 janvier, est généralement considéré comme la fin de ces fêtes où l'on range l'arbre de Noël, bien que dans certaines régions, on le garde, ainsi que la crèche, jusqu'à la Chandeleur, au 2 février. Il est devenu une tradition qu'à la fête des Rois, on organise des collectes au profit des nécessiteux. Cette année, leurs recettes seront affectées au profit des foyers de charité pour personnes âgées et pour mères seules avec enfants, au profit des sans-abri et à une aide humanitaire à l'étranger - en Tchétchénie et au Kosovo.