Frantisek Kmoch

r_2100x1400_radio_praha.png

Le chef d'orchestre et compositeur Frantisek Kmoch a rendu célèbres les marches tchèques dans un grand nombre de pays du monde entier. Il était l'auteur de marches populaires, de compositions pour orchestre de danse et de chansons folkloriques adaptées pour orchestre de cuivres.

Frantisek Kmoch est né en août 1848 dans la région de la ville de Kolin, en Bohême centrale. Depuis son enfance, il aimait la musique tout en étant encouragé par son père, un excellent clarinettiste. F. Kmoch a suivi des études à l'Institut des enseignants à Prague. En 1869, il a commencé à enseigner. Il a changé de postes à plusieurs reprises et s'est déplacé dans différentes villes de la Bohême centrale. Le jeune homme était toujours très passionné de musique qu'il pratiquait en amateur. Il a fondé un petit orchestre de clairons qui comptait trente musiciens et jouait fort bien. F. Kmoch a réussi à obtenir un contrat, conformément auquel son orchestre devait jouer régulièrement tous les dimanches et pendant les jours fériés. Le premier succès de l'orchestre vient en 1873, à l'occasion de l'inauguration du monument du célèbre éveilleur tchèque Josef Jungmann, à Prague. Le jeune Kmoch sentait qu'il n'était pas fait pour une carrière d'enseignant. Il s'est décidé à quitter définitivement la profession d'instituteur et de se consacrer pleinement à sa grande passion, la musique. Il a fondé sa propre école de musique tout en continuant son activité de chef d'orchestre et de compositeur. Il était heureux car la musique était le sens principal de sa vie. Il a travaillé dur, mais a incontestablement récolté les fruits de son travail laborieux.

L'orchestre de Kolin de F. Kmoch a commencé à être très demandé. Avec un énorme succès le corps a joué dans les villes en Bohême et en Moravie à l'occasion des cérémonies, des rassemblements de Sokols, des bals, des festivités de tous genres... A Brno, l'orchestre a été pour la première fois accueilli par le compositeur Leos Janacek. Les gens appréciaient cette musique gaie d'où émanait et émane toujours une telle force qu'il semblerait qu'elle voudrait ébranler le fondement du monde entier. L'orchestre colossal ne s'est pas manifesté uniquement dans le pays natal de F. Kmoch. L'ensemble musical dont le répertoire incluait également la musique symphonique, a voyagé à travers le monde. Il s'est déplacé en Cracovie, à Niznij Novgorod (Russie), à Vienne, Budapest, aux Etats Unis... Les succès valaient ceux en Bohême et en Moravie. L'orchestre de F. Kmoch était renommé par la pureté de l'accordement des instruments, le rythme solide et la gaieté du répertoire. F. Kmoch écrivait des adaptations spécifiques de chansons populaires et de compositions de danse dans un mélange de polkas et de variétés de polkas, de mazurkas et de valses viennoises. Parmi ses compositions les plus connues je citerais Oh, Marenka, Kolin, Kolin, Coq des marais, Musique, musique, la valse viennoise Sur l'Elbe aux flots argentés, Avec une force de lion, adaptation de l'hymne des Sokols de Frantisek Pelz.

Frantisek Kmoch est décédé le 30 avril 1912. Un monument en sa mémoire a été construit dans le verger municipal de la ville de Kolin et une plaque commémorative placée sur la maison où il habitait a été inaugurée en 1922. Une opérette intitulée Ainsi vivait et jouait Kmoch a été écrite également en sa mémoire et un film intitulé C'était un musicien tchèque a été tourné dans les années quarante.

Après le décès du compositeur, l'orchestre a été dirigé par Alois Vlasak. En 1914, l'Orchestre de Kmoch participe au rassemblement des Sokols à Brno. A l'époque, l'orchestre comptait une soixantaine de musiciens. L'orchestre continue son activité même après le coup d'Etat de 1948 et joue régulièrement à l'occasion de l'Exposition économique à Prague. Le cinquantième anniversaire de l'orchestre a été fêté à Kolin par un concert comprenant les compositions de B. Smetana, A. Dvorak, Z. Fibich et P. I. Cajkovskij. En 1937, l'Orchestre de Kmoch a gagné au Concours International de Musique à Cannes et la même année l'ensemble a ramassé un grand succès à Hambourg.

Dans le monde entier, les morceaux populaires jouaient un grand rôle au niveau de la conscience de la nation tchèque sous l'empire austro-hongrois. F. Kmoch était souvent poursuivi par les autorités austro-hongroises pour les textes de ses chansons. A titre d'illustration je citerai le trio de la polka Podlipanska : « Ils peuvent nous enfermer, ils peuvent nous enchaîner, nous saurons faire respecter nos droits ». Pendant l'occupation nazie, les chansons de F. Kmoch encourageaient, donnaient de l'espoir au peuple tchèque et l'aidaient à surpasser les moments les plus difficiles de l'histoire du pays. F. Kmoch est devenu l'un des symboles du peuple tchèque.

La tradition de l'orchestre de F. Kmoch ne s'est certainement pas éteinte avec le temps car depuis 1962 on organise à Kolin un Festival de fanfares, appelé le Kolin de Kmoch.