Inondations et approvisionnement en denrées alimentaires

Kralupy, photo: CTK

Chers amis auditeurs, nous sommes en pleine inondation. Ici, on attend que les eaux se dégagent pour commencer le nettoyage, le séchage et faire le bilan des dégâts, dans plusieurs cas immobiliers. Là on attend la crue comme c'est le cas, cette journée de vendredi, en Bohême du nord. Tout le monde est conscient de la catastrophe, mais personne ne peut encore prédire plus ou moins l'ampleur des dégâts et les chiffrer, en même temps que personne ne sait combien de temps il faudrait encore à la Tchéquie pour panser ses blessures. Les délais de remise en ordre des régions sinistrées s'évaluent à plusieurs mois et les dégâts à plusieurs milliards de couronnes. On ne peut donc, lors de la présente émission, Economie-commerce, vous donner un ordre d'évaluation. En revanche, nous tâcherons de répondre à la question qui vient la première à l'esprit et concerne notre émission : qu'en est-il de l'approvisionnement en denrées alimentaires mercredi et jeudi ? Disons-le tout de suite : il n'y a pas et il n'y aura pas de pénurie, dans l'état actuel des choses tout au moins et la situation va en s'améliorant, sauf au nord du pays. Une autre question. Quels moyens à la disposition des populations pour nettoyer les séquelles de l'inondation et comment ?

Kralupy, photo: CTK
C'est surtout le mercredi 14 août, au point le plus sombre des inondations sur la Vltava, qu'il y avait à craindre que les consommateurs ne s'affolent et ne se mettent à stocker les vivres, ce qui se traduit en pareille situation par ce qu'on appelle : une pénurie artificielle. La veille de mercredi et donc à un moment où la crue devenait dangereuse, on est parvenu à assurer, dans la nuit, l'approvisionnement en denrées alimentaires dans les régions sinistrées. En d'autres termes, les magasins ont été prévoyants, bien qu'ils aient eu des problèmes. Pour toute une série de magasins, les vendeurs ne sont pas arrivés sur leur lieu de travail, ce pourquoi, plusieurs chaînes de magasins ont fermé les points de vente des quartiers interdits d'accès et réparti leur personnel sur d'autres points de vente. Lors de la journée de jeudi, la plus grande chaîne de petits magasins, Ahold avait, sur 208 magasins, 6 magasins fermés sur ordre de la police. Certains magasins de Prague n'ont fermé que parce que le quartier était privé d'électricité.

Certains magasins n'avaient pas fermé et ont continué à tourner au ralenti faute de personnel. Dans d'autres, une partie du personnel passe la nuit sur place. Julius Meinl a réussi à garder ouverts cinq magasins. Deux autres sont touchés par les inondations. Certains magasins comme Prior et Vltava ont fermé des points de vente aussi bien à Prague qu'à Ceské Budejovice. Les magasins restés ouverts ont continué d'être approvisionnés en pain, en eau, en légumes et en denrées non périssables.

Quant à la chaîne Delvita, elle a gardé ouverts tous ses magasins, à l'exception d'un magasin à Prague et de deux autres en Bohême du sud. En gros, l'approvisionnement de ces magasins était assuré jeudi, avec certains retards dus aux problèmes de circulation. La firme Delvita s'est mise en condition d'approvisionner ses magasins pragois à partir de la Moravie. Certains de ces magasins tournaient, jeudi, avec 60 à 70% de leur personnel. La chaîne Tesco s'est vue contrainte de fermer le magasin de la rue Narodni à Prague et un autre à Plsen. Elle n'aurait pas de problème d'approvisionnement. L'hypermarché Globus a tous les magasins en dehors des zones sinistrées et ses responsables affirment n'avoir pas de problèmes d'approvisionnement.

Dans leur majorité les magasins sont ouverts place Venceslas et fonctionnent comme toujours. En revanche, dans la zone piétonne du centre ville, plusieurs magasins portent l'écriteau : "fermé pour des raisons techniques". Mais, dans la proximité de la rivière, c'est exceptionnel qu'un magasin soit ouvert. Restaurant, magasins et stands sont fermés sur la place de la Vieille-Ville.

Bien que les magasins soient en majorité ouverts, la psychose de la pénurie a poussé les chalands à acheter pour stocker. résultat, dans la journée de mercredi, les magasins Arnold ont enregistré, pour l'ensemble de la République, un supplément des ventes de 15%. A Delvita, ce supplément a atteint les 50%. Ce supplément des ventes a permis aux chaînes de magasins de compenser leurs pertes dans les magasins restés fermés. Au tout début de la montée des eaux déjà, les gens s'étaient mis à stocker des produits alimentaires. La plus grande demande concerne le pain, l'eau de table, les denrées non périssables et produits hygiénique, les piles et les pellicules. Cela dit, les craintes de pénuries par la population ne se sont pas avérées fondées.

L'aide humanitaire, photo: CTK
Mais est-ce vraiment les parapluies qui trônent au hit parade des ventes lors de ces inondations ? Pas tout à fait, étant détrôné par un autre article, inattendu, peut-être, mais dont on aura vite compris l'utilité. Cet article est le séchoir. Le vulgaire séchoir avec lequel on se sèches les cheveux. Dès le début des inondations, un intérêt soudain a été remarqué chez les consommateurs pour cet anodin article. "Tout est vendu, tout est loué," a déclaré un employé de la société TVG, mercredi, en précisant que d'autres colis sont attendus d'Autriche la semaine prochaine. Les commandes sont consignées sur un registre et déjà 250 séchoirs sont vendus, a dit cet employé. La situation est identique dans d'autres magasins qui, eux-aussi, sont venus au bout de leurs stocks. Mais que peut-on faire avec un séchoir, peut se demander légitimement n'importe quel auditeur ? La réponse est : beaucoup de choses. Sécher les moquettes, les murs, le papier peint, les couvertures et des articles de ce genre. Il y a aussi, dit-on, un article qui se serait beaucoup vendu : le rhum.

Les firmes n'ont pas été en reste dans cette catastrophe nationale. Nombreuses sont celles qui ont apporté leur aide aux régions sinistrées par l'entremise de l'agence gouvernementale Czechtrade. Elle a accueilli et mis à profit, lors de la journée de mercredi, plus de 100 offres d'entreprises déjà réparties. En fin de journée, d'autres 500 dons ont été immédiatement affectés aux régions prioritaires. Les régions les plus touchées sont Prague, Ceské Budejovice et Kralupy. Les dons sont essentiellement des moteurs de pompage, des systèmes de séchage et des petits groupes électrogènes. Une seule firme a fait don de 2000 couvertures aux sinistrés de Prague, évacués de chez eux. Czechtrade a, par ailleurs, distribué beaucoup de moyens de nettoyage des locaux et des rues : les seaux, les éponges, les serpillières etc. Son associé aux opérations de nettoyage les services des pompiers. Czechtrade, représenté dans plusieurs pays du monde, a diffusé dans ces pays un appel aux fabricants de systèmes de séchage et de pompages. Ce vendredi, l'aide des entreprises continue d'arriver que Czechtrade coordonne. C'est toujours les moyens de nettoyage et de désinfection qui arrivent. Les offres sont reçues au numéro de téléphone : 00 420 2 96 34 26 36, éventuellement à l'adresse e-mail suivante : czechtrade@centrum.cz

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture