Investissement chinois dans les tramways tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Le quotidien Mláda fronta Dnes a annoncé la prise par une entreprise publique chinoise d’une part majoritaire du capital d’Inekon Group, une société tchèque spécialisée dans la construction de tramways. Pour son fondateur et président, Josef Hušek, il s’agit d’une opportunité à ne pas manquer.

Photo: Inekon Group
China Rail Signaling Corporation (CRSC) devrait finaliser cette acquisition de 51% du capital d’Inekon d’ici à la fin de l’année. Le montant de la transaction n’a pas encore été évalué.

« CRSC a un chiffre d’affaires de 50 milliards d’euros, un accès au gouvernement ainsi qu’aux municipalités des grandes villes chinoises(…). Il y a un boom dans le secteur du tram en Chine et nous aimerions en profiter ; l’alliance avec CRSC devrait pouvoir nous aider », a indiqué Josef Hušek au quotidien.

Inekon a annoncé mercredi que ce partenariat tchéco-chinois avait déjà des résultats concrets : une joint-venture dotée d’un capital de départ d’un milliard de couronnes (40 millions d’euros) vient d’être créée. Appelée Tong Hao Railway Vehicles Corp. (THRV), son capital sera réparti entre CRSC (66%), Xiangtan Elektric Manufacturing Group Corp. (XEMC) et Inekon Group(17% chacun).

« La création de cette joint-venture THRV représente pour nous l’ouverture de cet énorme marché potentiel qu'est la Chine », précise Josef Hušek dans le communiqué. Le but affiché est de vendre des modèles de tramways « Superior Plus », déjà développés en partenariat avec XEMC.

Les tramways de la société Inekon Group circulent déjà dans quatre villes des Etats-Unis et des études de faisabilité sont notamment en cours au Ghana et au Sénégal, selon Mláda fronta Dnes.