Jan Saudek

r_2100x1400_radio_praha.png

Jan Saudek, né en 1935 à Prague, est incontestablement l'une des plus grandes personnalités de la photographie tchèque. Ceci dit, il inspire à la fois l'admiration et le mépris, l'amour et la haine. Saudek provoque déjà par sa façon d'être, par son physique, son existence. Il irrite par son style, sa démarche souple, sa manière de s'exprimer, d'agir...

Son enfance a été fortement marquée par les évenements de la Deuxième guerre mondiale. Jan Saudek et son frère jumeau, Karel, ont été déportés à la frontière polonaise dans un camp spécial pour enfants juifs, destinés aux terribles expérimentations du redoutable docteur Mengele. Ils ont échappé par miracle à l'inévitable destin qui attendait la majorité des enfants détenus. Très jeune, il a vu mourrir les gens autour de lui et cette expérience l'a marqué pour le reste de sa vie. Peut-être est-ce pour cette raison que Jan Saudek apprécie les choses les plus élémentaires et relativement banales de la vie. Bien manger et avoir un logis sont pour lui les synonymes de la joie de vivre. Les petits riens sophistiqués de la vie sont comme la brume matinale qui se disperse rapidement après les premiers rayons de soleil.

En 1950, J.Saudek reçoit son premier appareil photographique Baby Brownie Kodak qu'il garde toujours, mais ne peut plus travailler avec car, malheureusement, le format des films ne se fabrique plus. L'année suivante, il arrange et colore sa première photo, critiquée par le médecin de famille auquel sa mère l'a montrée. C'est neuf ans plus tard que sa jeune épouse lui achète un vrai appareil photo - Flexaret 6x6 qu'il utilise jusqu'à présent.

Jan Saudek débute dans la photo dans les années soixante. Le photographe est surtout influencé par la fameuse exposition de la photographie Family of Man, organisée par Edward Steichen, directeur du département de la photographie au Musée d'Art Moderne de New York. Un des exemplaires du catalogue est parvenu entre les mains de Saudek et l'a absolument enchanté par les photographies qui reflétaient l'humanité et dont émanait une sérénité résidant dans les valeurs essentielles de la vie. Saudek se promet de faire également un livre sur la vie de l'homme. Jusqu'au début des années quatre-vingt Saudek travaille comme simple ouvrier surveillé de près par la STB (Police Secrète d'Etat). Pourtant, il a déjà une renommée mondiale. Son atelier est le témoin de l'intérêt de collectionneurs d'art, de rédacteurs de journaux prestigieux. Pourtant, pour le large public il reste presque inconnu. Ses travaux ne sont ni exposés, ni publiés, car ils sont trop éloquénts, trop choquants, trop vrais...

Dans les années 70 et 80, J.Saudek passe des moments difficiles : il romp avec sa femme, perd son père, la mère de ses deux enfants décède d'une mort tragique. Il essaie d'écrire et de peindre, mais sans succès. Il abandonne et se consacre à la photographie. En cette période, il présente ses photos dans plus de soixante expositions dans différents pays du monde. Plusieurs expositions ont lieu en France: Photogalerie Paris, Musée National d'Art Moderne, Urbi et Orbi, Rencontres Internationales de la photographie, Arles...En 1984 Jan Saudek obtient la carte du Fond des artistes tchèques d'arts plastiques. Il donne le préavis à son employeur et cesse son travail d'ouvrier. Sa propre tentative de suicide perturbe pour un bref instant sa vie.

Jan Saudek aime travailler avec différents accessoires; couronnes de fleurs, chapeaux, rubans, bout de tissus retombant librement et épousant les formes du corps. Ses photos sont un entrelacement incroyable de poses du siècle passé avec les objets de notre époque tels que le baladeur. Les prises dégagent de fortes sensations où se marient si bien les contrastes de l'être humain dans des scènes de nu presque obscènes et pourtant dotées d'une douceur poétique frôlant de près la réalité. Ses modèles enfants, parfois dans des attitudes adultes, gardent pourtant une expression puérile. Sur ses photos, on voit souvent une chambre délabrée avec une fenêtre s'ouvrant sur un ciel bleu légèrement nébuleux. Cela fait penser à une fente dans l'âme laissant entrevoir le désir du subconscient. Saudek, c'est le désespoir, l'espoir, la destruction, la renaissance, le flux et le reflux de l'existence. Jan Saudek c'est la vie même avec ses multiples facettes, un jeu de finesse de sentiments et de cruauté.

Homme extravagant et inimitable, Jan Saudek est actuellement l'un des plus célèbres photographes tchèques. Il est l'un des rares artistes étrangers auquel a été conféré l'ordre français de Chevalier des arts et lettres. Pourtant, nous l'avons dit, pendant longtemps, son oeuvre a été refoulé dans son propre pays.