JO de Pékin - Cyclisme : un circuit avantageux pour Roman Kreuziger

Roman Kreuziger, photo: CTK

Treizième du dernier Tour de France, soit le meilleur résultat jamais signé par un coureur tchèque dans l’histoire de la plus célèbre des courses cyclistes, Roman Kreuziger est arrivé à Pékin, lundi. A 22 ans, le coureur tchèque participera à ses premiers Jeux olympiques. Samedi, il prendra le départ de la course en ligne avec l’idée de terminer parmi les cinq premiers sur un circuit dont le profil pourrait lui permettre d’exprimer ses qualités.

Roman Kreuziger, photo: CTK
Même si depuis sa 21e place au Tour d’Espagne la saison passée, sa victoire dans le Tour de Suisse en juin dernier ou encore son Tour de France réussi, Roman Kreuziger se profile aujourd’hui de plus en plus comme un spécialiste des épreuves à étapes, les courses d’un jour comme celle qui l’attend aux Jeux olympiques ne lui sont cependant pas étrangères non plus. En 2004, le Tchèque avait ainsi été sacré champion du monde junior de la course en ligne. Et samedi dernier, une semaine à peine après l’arrivée à Paris du Tour, Kreuziger s’est de nouveau montré sous un bon jour en se classant vingtième de la Clasica San Sebastian. Or, pour beaucoup de coureurs, l’épreuve basque, remportée par l’Espagnol Alejandro Valverde, servait de répétition générale avant les Jeux.

C’est donc plutôt en bonne forme que Kreuziger a pris la direction de la Chine, où il participera uniquement à la course en ligne et délaissera l’épreuve du contre-la-montre. Malgré sa confiance actuelle en ses moyens, le Tchèque s’est toutefois voulu prudent dans ses pronostics avant son envol :

« Je ne me hasarderais pas à parler de médaille, mais ce qui est certain, c’est qu’il existe une réelle chance de terminer parmi les premiers car le circuit est relativement difficile et devrait donc être sélectif. D’un autre côté, il ne faut oublier que des coureurs comme Contador et Bettini n’ont pas participé au Tour de France et ont donc eu la possibilité de se préparer pendant un mois en vue des Jeux. S’ils sont dans un bon jour, je pense qu’il sera compliqué de faire la course avec eux car ce sont des coureurs de grande qualité. »

Roman Kreuziger, photo: CTK
Roman Kreuziger estime que le profil du parcours à Pékin pourrait correspondre à ses caractéristiques de rouleur-grimpeur, lui a qui a bien passé les cols pyrénéens et alpestres en juillet lors du Tour de France :

« C’est pratiquement un circuit de grimpeur. Il y a d’abord une soixantaine de kilomètres de plat qui précèdent douze côtes et douze descentes avant un final en montée. C’est pourquoi je fais de coureurs comme Contador ou Klöden de sérieux prétendants à la victoire. Mais c’est vrai aussi que si je suis en bonne santé et en bonne condition, je n’ai rien à redouter de ce circuit. »

Au-delà des Jeux, qui ne constituent pas pour les cyclistes l’épreuve prioritaire de la saison, Roman Kreuziger pense également déjà aux Championnats du monde en septembre prochain. Et le Tchèque ne s’en cache pas, il s’agit pour lui d’un objectif de fin de saison au moins aussi important et prestigieux que la course olympique.