La Cour constitutionnelle a confirmé le droit des communes de se défendre contre les perturbateurs de la paix nocturne

r_2100x1400_radio_praha.png

Les villes auront le droit de limiter les heures d'ouverture des établissements qui troubleront, par leur bruit, la paix nocturne. La Cour constitutionnelle a confirmé, mercredi, la validité de l'arrêté municipal de la ville de Pisek interdisant les discothèques et les divertissements nocturnes liés à la consommation des boissons alcooliques. Le verdict constitue une percée, car c'est pour la première fois dans son histoire que la Cour constitutionnelle a confirmé la validité d'un arrêté pareil. C'est une victoire immense des administrations communales, a dit le maire de Pisek. La décision a suscité un vif écho auprès des communes, puisqu'elle leur donne un moyen de se défendre contre les perturbateurs de la paix nocturne.