LA CROIX DU CLOITRE DES CAPUCINS

r_2100x1400_radio_praha.png

Le cloître des Capucins est situé du côté nord de la place de la Lorette, dans le quartier de Hradcany, à proximité du château de Prague. Dans une des maisons adjacentes au cloître habitaient jadis deux soeurs veuves. L'aînée était très méchante et envieuse, alors que la cadette était gentille, douce et pieuse. La méchante veuve n'avait pas d'enfants, par contre la gentille veuve avait une fille adorable, du nom d'Agnès, qui avait hérité des qualités de sa mère. La petite fille était tellement appréciée par son entourage que certains riches bourgeois contribuaient par de considérables sommes d'argent à ses besoins et à son éducation. Ainsi l'enfant grandissait, chérie par sa mère et ne manquait de rien. A l'âge de quinze ans révolus, Agnès devint une vrai beauté n'ayant pas d'égal. La méchante veuve enviait depuis toujours sa soeur cadette, mais elle ne pouvait vraiment pas supporter la beauté de la jeune fille admirée par tout le monde, alors que personne ne s'intéressait à la veuve laide et méchante. Elle se décida de détruire la beauté d'Agnès.

Une nuit, la méchante femme alla trouver aux environs de Prague une sorcière réputée pour ses activités en magie noire. La méchante veuve lui exposa ses intentions et obtint de la sorcière une pommade noire, d'odeur nauséabonde, fabriquée d'ingrédients immondes tels que les langues de viperes, queues de lézards morts, entrailles de crapauds éviscérés a minuit...Le lendemain matin elle appela Agnès et lui expliqua qu'elle s'était procurée une pommade magique qui pourrait rendre les magnifiques dents d'Agnès encore plus blanches, son sourire plus éclatant. La jeune fille était tout de même un peu coquette, comme d'ailleurs presque toutes les jeunes filles de son âge. Elle tenta donc l'expérience pensant accentuer sa beauté et s'enduit les gencives de la pâte noire. En quelques heures les gencives de la pauvre Agnès enflèrent et ses dents se mirent à tomber. Affolée, la mère de la jeune fille consulta plusieurs dentistes, mais aucun ne réussit à aider Agnès. La malheureuse fille avait perdu presque toutes ses dents et celles qui lui restaient provoquaient une douleur abominable. Evidemment elle était amochie, ce qui la rendait très triste. Par contre la méchante veuve se réjouissait.

Un jour, Agnès errait toute seule au alentours du cloître des Capucins, songeant à son cruel destin. Soudain elle fut prise d'une terrible rage de dents. La jeune fille se jetta au pied de l'énorme croix en bois se dressant devant le portail du cloître des Capucins. Elle pria le ciel de la soulager de ses maux. A moitié inconsciente et folle de douleur, ne sachant plus ce qu'elle faisait, elle fit sortir quelques dents vacillantes de sa bouche et les planta dans la croix en bois. Cela n'était pas très difficile car le bois était ramolli par les intempéries. Puis elle perdit conscience.

La nuit tomba. Ne voyant pas Agnès revenir, sa mère inquiète sortit pour aller checher sa fille. En quelques instants elle la trouva évanouie au pieds de la croix des Capucins. Elle réveilla Agnès et fut très surprise de l'entendre dire que ses dents ne lui faisait plus mal. La mère remarqua également que les gencives de sa fille n'était plus enflées. Un miracle était arrivé.

Effectivement, en quelques mois, les dents de la jeune fille repoussèrent et Agnès retrouva sa beauté. Elle épousa un noble seigneur, devint très riche et consacra une grande partie de son temps aux oeuvres de charité. Rongée par la haine, la méchante veuve mourut d'une crise cardiaque.

Depuis, les gens plantaient leurs dents dans le bois de la croix lorsqu'ils se faisait arracher une dents, pour qu'ils ne soient plus jamais sujet à une rage de dents.