La dernière victime des procès staliniens

r_2100x1400_radio_praha.png

Le hasard a voulu que plus d'un événement dramatique soit lié à la date du 17 novembre. L'exécution du dernier prisonnier politique dans le pays, le 17 novembre 1960, est l'un de ceux dont on parle moins que d'autres... Alena Gebertova.

Il s'appelait Vladivoj Tomek. Il avait 27 ans, et il fut la 244ème personne exécutée dans l'ex-Tchécoslovaquie, par le régime communiste, pour des raisons politiques. Cela s'est passé le 17 novembre 1960, à midi. Le Président de la république n'a pas donné suite à sa demande de grâce.

En 1948, lorsque le régime communiste a accédé au pouvoir dans le pays, Tomek et ses camarades de classe avaient entre quatorze et quinze ans. Très jeunes, enfants presque, ils ont pourtant pris la décision de ne pas suivre passivement ce qui ce passe dans le pays. Ils ont fondé un groupe en vue de lutter contre le régime. Ils distribuaient des tracs anticommunistes, dessinaient des carricatures politiques. Ils ne doutaient jamais de la fin proche du communisme et du renouveau de la démocratie. Le soulèvement en 1956, en Hongrie, a ranimé leurs espoirs. Dès lors, ils voulaient passer à des activités plus radicales. Il n'en a rien été.

Tomek fut arrêté en décembre 1959. Quelques mois après, il a été condamné à la peine capitale. Le procès n'a pas été public. « Ennemi du peuple travailleur qui est un danger pour la société humaine, pour le système populaire démocratique « , c'est ainsi que Vladivoj Tomek a été caractérisé par le procureur. Les autres membres du groupe ont été condamnés à des peines allant de deux ans et demi à vingt-cinq ans.

Le lieu du dernier repos de Tomek n'est pas connu. Il se peut que l'urne avec ses cendres ait été déposée dans l'un des nombreux tombeaux anonymes des victimes du régime communiste au cimetière de Dablice de Prague.