La grogne des chauffeurs tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Les chauffeurs et les camionneurs tchèques ont décidé de se joindre, eux aussi, à la vague des protestations contre les prix élevées du carburant qui a déferlé sur plusieurs pays européens. Vaclav Richter.

On prépare deux blocus des routes en République tchèque. Selon la télévision Prima les chauffeurs de la région de Brno en Moravie du sud envisagent de bloquer des routes déjà ce vendredi, tandis que l'Association des transporteurs routiers de Bohême et de Moravie prépare des protestations pour la semaine prochaine. Les chauffeurs de Brno sont prêts à couper la circulation en barrant les chaussées par 2000 camions dans les villes de Prague et de Plzen et aux passages de la frontière entre la République tchèque et la Slovaquie. L'objectif de leur action - arrêter la hausse des prix du gasoil. Selon la télévision publique tchèque, ils exigeront du gouvernement que les prix du gasoil ne dépassent pas 26 couronnes/litre, soit près de 5 FF. Quant à l'Association des transporteurs routiers de Bohême et de Moravie elle envisage de bloquer, la semaine prochaine, les radiales de plusieurs grandes villes. Le ministre des Transports et des Télécommunications, Jaromir Schling, ne voit pas de raison pour un blocus qui mettrait en difficulté d'autres groupes de personnes. Selon le ministre, au cas où le gouvernement diminuerait les taxes sur le carburant, il serait obligé de combler le déficit par l'augmentation d'autres impôts. Une éventuelle diminution des taxes sur le carburant devrait être approuvée d'ailleurs par le Parlement. A noter qu'une partie de l'opposition tchèque se montre déjà favorable à une telle solution. Par contre le ministre Schling souligne que l'impôt sur la consommation en République tchèque est assez bas et qu'il faudrait l'augmenter.