La Toile en République tchèque

0:00
/
0:00

Téléphonie sur internet, achats et réservations en ligne, la Toile dessine les traits du commerce de demain. Si les entreprises en République tchèque ont généralement adopté les nouvelles technologies, le nombre de connectés dans le pays reste encore insuffisant. Une réalité qui devrait changer dans les prochaines années, avec notamment la démocratisation des prix.

Nous l'avons évoqué dernièrement, la municipalité de Prague compte mettre en place un réseau Internet WiFi gratuit dans la capitale. Elle a demandé au ministère de l'Information et de la Technologie 100 millions de couronnes (environ 3 550 000 euros) pour financer les deux-tiers du projet. Le reste des fonds serait avancé par la municipalité elle-même.

L'Association de Opérateurs de Télécommunication Publique, qui rassemble les plus grandes entreprises du secteur, a exprimé son profond désaccord. Elle a envoyé, le 8 décembre dernier, une lettre de protestation au ministère. Pour Hana Jelínková, directrice exécutive de l'Association, "l'accès à Internet est bien développé à Prague (...). Le gouvernement devrait plutôt soutenir la création d'infrastructures là ou Internet n'est pas encore très présent, comme dans les petites villes et les villages". Selon elle, l'argent ainsi utilisé serait gaspillé car la connection gratuite est déjà offerte par plusieurs opérateurs dans la capitale.

Le maire de Prague Pavel Bém
Pour Pavel Bém, le maire de Prague, le projet vise à permettre aux citoyens d'effectuer des tâches administratives par Internet. Il est également convaincu que l'accès gratuit à Internet augmentera les compétences des Tchèques dans ce domaine-clé pour l'économie de demain.

L'argent du projet vient de l'initiative gouvernementale dite "Stratégie Nationale pour la Connexion Internet Haut-Débit", qui remonte à début 2005. Celle-ci vise aussi à promouvoir le développement d'Internet selon les normes européennes. La stratégie consiste à affecter 1 % de l'argent dégagé par la privatisation récente de Cesky Telecom pour établir une connexion haut débit gratuite à Prague, entre 2006 et 2010. Cette année, le ministère des Finances a alloué 200 millions de couronnes pour financer les futurs projets en 2006. Les fonds seront partagés entre plusieurs programmes : Infrastructure, Nouvelles Applications et Services, et Education et Marketing. Le ministre examine actuellement 290 programmes, qui doivent être évalués par un forum comprenant des chefs d'entreprises, des représentants d'associations civiques et des universités.

Les préoccupations gouvernementales sont en tout cas légitimes, tant Internet compte pour la compétitivité future du pays. En 2004, la République tchèque comptait 30% d'abonnés, loin derrière les Scandinaves, qui enregistrent pour certains 80% d'abonnés à Internet.

Concernant la connexion haut-débit, si le nombre de Tchèques connectés a doublé cette année, il ne fait que dépasser 5 % de la population totale. En France, la barre symbolique des 50 % de foyers utilisant le haut débit a été franchie en 2004 grâce à une croissance des équipements de plus de 94 %.

La ministre tchèque de l'Informatique, Dana Berova, a indiqué que l'augmentation devrait être plus rapide en 2006, notamment grâce aux subventions accordées par le ministère pour l'installation de l'ADSL dans le pays. Le haut débit devrait également se démocratiser avec la baisse significative des tarifs, de l'ordre de 60 % ces dernières années.

Si le haut débit commence à s'installer, d'autres secteurs liés au web sont déjà bien développés en République tchèque. C'est le cas de la téléphonie par Internet. Cette technologie permet de passer des appels internationaux au prix d'une communication locale. Elle nécessite un ordinateur avec une connexion Internet et un logiciel à télécharger. Skype, leader international dans ce domaine, compte 230 000 utilisateurs en République tchèque.

Le marché s'annonce prometteur et d'autres compagnies comme Dyad Telecom et 2speak essaient aussi d'attirer les consommateurs dans le pays. La plupart de leurs clients sont des petites et moyennes entreprises mais 25 % sont des expatriés cherchant le moyen d'appeler leur pays d'origine à moindre coût.

La compagnie 2speak propose quant à elle ses services aux personnes ne possédant pas de connexion internet à la maison. Pour cela, ils connectent l'utilisateur à leur site web et composent eux-même le numéro. Avec 150 consommateurs, la compagnie en est à ses débuts. L'existence de ces nouvelles entreprises dessine sans doute des grandes tendances de l'économie de demain. La téléphonie par internet n'en possède pas moins encore quelques faiblesses par rapport à la téléphonie traditionnelle. Lorsque le débit de la connexion internent baisse, la qualité de la communication baisse également, etc...

Selon une enquête, menée en 2004 par une agence de recherche statistiques, un quart des Tchèques environ serait compétent dans l'utilisation de l'ordinateur. Soulignons que les critères étaient particulièrement exigeants. Ont été prises en compte les personnes pouvant utiliser mais également comprendre leur machine. Plus significatif : le constat d'un nombre d'utilisateurs d'Internet en nette augmentation. 50 % de la population se connecterait régulièrement sur la Toile. Une chiffre qui devrait nettement augmenter dans les prochaines années.