L'art tchèque moderne à Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

Le directeur de la Galerie Nationale de Prague, Milan Knizak, vient d'inaugurer, au Palais des Foires, la dernière partie de l'exposition permanente d'art plastique tchèque des 19ème et 20ème siècles. Elle présente les oeuvres, créées à partir des années 30 : peintures, dessins, sculptures, mais ce n'est pas encore tout, explique Magdalena Segertova, dans le rôle de guide.

Le peintre Milan Knizak, chef de la Galerie Nationale et ancien recteur de l'Académie des Beaux-Arts de Prague s'est fixé, il y a un certain temps, un objectif : donner une nouvelle allure à la collection du Palais des Foires, musée d'art moderne situé dans le quartier pragois de Holesovice. Avec l'ouverture, ce vendredi, de la dernière partie de l'exposition permanente de la peinture tchèque des deux derniers siècles, son travail semble être achevé. Au public maintenant d'exprimer ses impressions.

Au deuxième étage du Palais on nous invite alors à la découverte de l'art tchèque contemporain : on commence par l'art poétique et surréaliste des années 30, en passant par le mouvement de l'avant-garde et l'art appliqué d'entre-deux-guerres. Côté avant-garde, l'exposition rappelle aussi la photographie et la cinématographie, cette dernière par la projection de films d'époque. Puis, impossible, malheureusement, d'ignorer le réalisme socialiste des années 50, représenté par exemple par le modèle de la statue de Staline. Dans la décennie suivante, le contact avec l'art mondial est renouvelé, comme en témoigne la participation tchèque à l'Expo 58 de Bruxelles. Un grand espace est aussi consacré à l'art décoratif des années 60, notamment aux objets en verre et en métal. Avec le retour, après le Printemps de Prague, de l'atmosphère étouffante, le grotesque et l'humour amer apparaissent dans la création artistique, celle-ci étant aussi de plus en plus influencée par les médias électroniques. Les oeuvres les plus "fraîches", datant des années 90, ne font pas partie de cette exposition permanente, mais sont mises à part, dans un "Laboratoire d'art contemporain". Pour ne pas privilégier l'un ou l'autre maître du pinceau, toutes les personnalités marquantes de la scène artistique d'aujourd'hui y seront successivement présentées. "Nous avons, par cette exposition, voulu surtout montrer par quoi les Tchèques se distinguent du reste du monde. Etre outsider peut, d'ailleurs, être utile, car celui qui diffère des autres attire automatiquement l'attention", pense Milan Knizak, directeur de la Galerie Nationale.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture