L'Automne de Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

Le festival international de musique l'Automne de Prague s'est terminé, ce mercredi, dans la capitale tchèque. Le festival a présenté au public tchèque 16 concerts et de nombreux ensembles et solistes de qualité. On a accueilli, à Prague, a cette occasion, entre autres l'Orchestre philharmonique de la Scala de Milan dirigé par Ricardo Mutti, l'Ochestre philharmonique de Moscou avec Iouri Simonov et l'Orchestre Sinfonia Varsovia avec Krzystof Penderecki. Un accent spécial a été mis sur la musique française. La soprano Elisabeth Vidal et le baryton André Cognet ont donné, à l'Opéra d'Etat, un récital très intéressant d'airs d'opéra français dont certains étaient pratiquement inconnus dans notre pays. Ce récital interprété avec une rare maîtrise vocale a été donc, aussi, une révélation. Le festival s'est terminé, mercredi, par l'exécution de la cantate dramatique de Gustav Mahler "Das klagende Lied" basée sur un conte populaire allemand. Le public a apprécié, surtout, les trois solistes dont la mezzo-soprano de l'opéra de Zurich, Kornelia Kallisch et le Choeur philharmonique de Prague qui a chanté avec un élan exemplaire. Mais c'était le violoncelliste Colin Carr qui est devenu un véritable héros de la soirée en exécutant le concerto pour violoncelle et orchestre d'Antonin Dvorak, composition célèbre écrite par le compositeur, lors de son séjour aux Etats-Unis. Colin Carr a joué du violoncelle Matteo Gofriller fabriqué à Venise en 1730. La beauté et l'opulence du ton de son instrument ont rehaussé les charmes du concerto considéré par d'aucuns comme l'oeuvre la plus mélodieuse de son auteur. La salle comble de la Maison municipale de Prague a gratifié le violoncelliste par des applaudissements frénétiques.