Le chef de la diplomatie tchèque au Proche-Orient

Ariel Sharon et Jan Kavan, photo: CTK

Le ministre des Affaires étrangères tchèques, Jan Kavan, a rencontré le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, en dépit du fait qu'il ne devait pas le faire, car il avait annulé sa rencontre avec le leader palestinien, Yasser Arafat.

Ariel Sharon et Jan Kavan, photo: CTK
Le ministre des Affaires étrangères tchèques, Jan Kavan, a rencontré le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, en dépit du fait qu'il ne devait pas le faire, car il avait annulé sa rencontre avec le leader palestinien, Yasser Arafat. Beaucoup de spéculations sont apparues en ce qui concerne l'annulation de cette rencontre. Certains médias ont même parlé d'une interdiction de la part du Premier ministre tchèque, Milos Zeman, qui n'avait pas été tendre à l'égard de Yasser Arafat, dans la presse, en février dernier. Pourquoi, Jan Kavan a-t-il rencontré, quand même, le chef du gouvernement israélien ? Le chef de la diplomatie tchèque a déclaré qu'il fut obligé de le faire, car la rencontre était préparée et l'ignorer aurait mis en doute les bonnes relations entre Israël et la Tchéquie. Du côté palestinien, on indique que, de toute manière, Arafat avait au programme une autre réunion importante. Le ministre tchèque n'a donc rencontré que le ministre palestinien pour la coopération internationale. Les observateurs constatent que le froid, dans les relations tchéco-palestiniennes, existe toujours, alors que la visite de Jan Kavan à Jérusalem devait, entre autres, les réchauffer.