Le chevalier du château de Cheb

r_2100x1400_radio_praha.png

La ville de Cheb est situéeen Bohême occidentale, région confinant à l'Allemagne.

Jadis, le château de Cheb était la demeure de comtes palatins. L'une des comtesses avait à ses services une excellente cuisinière. Un jour, celle-ci vint trouver la comtesse pour lui annoncer qu'elle était enceinte, mais que le père de l'enfant s'était enfuit. La jeune femme tremblait de peur, craignant de se faire chasser du château. La comtesse palatine ne voulait pas perdre sa cuisinière qu'elle appréciait énormément. Elle pardonna donc à la brave femme le péché commis et lui proposa de devenir la marraine de l'enfant. La cuisinière accepta avec gratitude. Peu de temps après, elle mit au monde une ravissante petite fille qu'elle appela Johanka. La comtesse palatine étant la marraine de la fillette, Johanka était privilégiée par rapport aux autres enfants des domestiques. Elle pouvait rester dans la cuisine tout au long de la journée à jouer, manger et goûter tous les mets savoureux et friandises dont elle avait envie. N'ayant pas d'enfants, la comtesse palatine emmenait souvent Johanka dans ses appartements pour jouer avec. Lorsque la fillette fut plus âgée, la comtesse lui apprit même à broder sur de la soie et du batiste. Ainsi, Johanka pouvait très bien gagner sa vie.

Un jour, la mère de Johanka tomba soudainement gravement malade. Aucun médecin ne fut capable de dépister la cause de la maladie. La pauvre femme se portait de mal en pis. La comtesse palatine laissa Johanka et sa mère au château, mais les abandonna à leur destin. Un soir, alors que Johanka écossait des petits pois pour faire une soupe à sa mère, elle vit une main blanche se glisser à travers la lézarde du mur. Etonnée, la jeune fille observa la main s'avançant vers l'écuelle contenant les cosses de petits pois. Ne sachant que faire, Johanka mit les quelques cosses dans la main blanche. La main se retira et disparut dans la lézarde. Johanka décida de ne rien dire à sa mère de l'étrange aventure. Le soir suivant, l'histoire se répéta. Le trosième soir, Johanka s'assit au même endroit que la veille et se remit à écosser les petits pois. Comme les fois précédentes, la main blanche se faufila à travers la lézarde. Au grand étonnement de la jeune fille, la main laissa échapper une poignée de cosses qui retentirent sur la table usée. Y regardant de plus près, Johanka s'aperçut que les cosses étaient en or massif. Le lendemain, elle alla trouver le comte et la comtesse palatins pour leur raconter ce qui lui était arrivé. Le comte autorisa Johanka à garder les cosses, mais ordonna de creuser dans le mur, pensant y trouver un trésor qu'il entendait garder pour lui et son épouse. Las!, on n'y découvrit que le squelette d'un chevalier inconnu en armure. La main droite du chevalier était blanche et tenait une énorme épée. Johanka était attirée par l'étrange silhouette. La nuit, elle rêva d'un beau chevalier en armure qui lui disait de l'emmener dans un pays lointain. Le matin, Johanka enroula autour de la main du chevalier le premier mouchoir en batiste qu'elle avait brodé. Puis le chevalier fut enterré sous la tour du château. Depuis ce jour , la jeune fille n'avait plus tous ses esprits. Elle était incapable de se concentrer et passait ses journée à se balader à travers bois ou sur les berges de la rivière. Un jour on la trouva noyée. La jeune fille serrait dans la main le mouchoir en batiste qu'elle avait enroulé autour du poignet du chevalier. Le chevalier inconnu avait emmené Johanka au pays sans retour.

La mère de Johanka guérit, vendit les cosses en or et acheta une jolie maison en ville où elle vécut jusqu'à sa mort.

Les orfèvres utilisèrent les cosses pour en fabriquer des bijoux, notamment des petites boucles d'oreilles en forme de petit pois que l'on vend jusqu'à aujourd'hui dans les bijouteries de Prague et des viles de Bohême. Peu de gens connaissent l'origine de telles boucles d'oreilles... Mais vous, chers auditeurs, vous le savez!