Le dédommagement des déportés de travail tchèques par l'Autriche

r_2100x1400_radio_praha.png

Plus d'un demi-siècle après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les déportés de travail tchèques en Autriche seront dédommagés. La République tchèque est l'un des six pays qui ont signé, mardi à Vienne, des accords bilatéraux dans ce sens... Alena Gebertova.

« Un chapitre sombre de l'histoire autrichienne et européenne est en train de se clore ». C'est par ces paroles que le Président autrichien, Thomas Klestil, a commenté l'événement. Le chancelier autrichien, Wolfgang Schüssel, y voit « un acte symbolique, un essai de porter un regard critique sur le passé »... Au total, six milliards de schillings seront offerts aux déportés de travail de six pays d'Europe centrale. La moitié de cette somme sera couverte par le gouvernement autrichien, la seconde par des firmes autrichiennes privées. Près d'un demi-milliard de schillings seront accordés aux Tchèques qui, pendant la guerre, ont été obligés à travailler dans des usines autrichiennes. On évalue le nombre des personnes concernées en Tchéquie qui sont encore vivantes à 15 ou 16 000. Chacune d'elles devrait être indemnisée par la somme d'environ quatre-vingt-dix milles couronnes, l'équivalent de quelques seize mille FF.

C'est Jan Kavan, ministre des Affaires étrangères, qui a signé à Vienne l'accord qu'il considère comme un grand succès de la diplomatie tchèque. Il estime qu'il y a lieu d'être satisfait tant du montant de l'indemnisation, tant des conditions de son paiement. Il s'agit, en effet, d'un paiement unique d'une somme clairement définie. Jan Kavan espère, en même temps, que les citoyens tchèques puissent recevoir cet argent d'ici à la fin de l'année déjà... Nous rappelons que la République tchèque avait déjà signé un accord analogue avec l'Allemagne.