Le général Otto Spacek, décédé, sera-t-il décoré par le président de la République ?

Otto Spacek et Vaclav Klaus, photo: CTK

La disparition d'Otto Spacek, grand héros de la bataille aérienne de la France et de l'Angleterre, a soulevé la question de savoir si le nom du général figurera sur la liste des personnes décorées par Vaclav Klaus le 28 octobre prochain, lors de la fête nationale.

Otto Spacek et Vaclav Klaus, photo: CTK
Chaque année, à la veille du 28 octobre, les médias spéculent sur les noms des personnes récompensées à cette occasion par le président de la République. Le général Otto Spacek, décédé le 1e octobre dernier, mérite sans doute une place parmi les personnalités du pays décorées pour avoir brillé dans leur discipline ou pour le courage dont ils ont fait preuve. Les spéculations sur sa décoration ont encore été renforcées après que le président Vaclav Klaus ait annoncé sa présence aux funérailles du général Spacek. Le porte-parole du Château de Prague, Petr Hajek, n'a cependant rien pu révéler sur les noms tenus secrets jusqu'au dernier moment. C'est au président de la République de choisir. L'année dernière, le président avait décoré vingt-deux hommes et femmes - artistes, scientifiques, héros de guerre ou encore sportifs. Deux décorations qu'il a attribuées, en 2006, in memoriam, au capitaine Vaclav Kojzar, combattant sur les fronts en Europe de l'Ouest et en Afrique du Nord, et à l'acteur Boris Rösner, témoignent que le choix du président est guidé dans certains cas par le décès de personnalités éminentes.

Cette année, Vaclav Klaus a reçu 62 propositions. Parmi celles-ci figurent les noms de deux anciens sénateurs décédés, Jaroslava Moserova et Vaclav Benda, de l'écrivain Arnost Lustig, de l'historien Zdenek Mahler ou encore du ministre de l'Intérieur d'après 1989 Jan Langos, décédé lors d'un accident de la route. La Chambre haute du Parlement a réitéré sa proposition de décorer les frères Masin de la médaille de l'héroïsme. Depuis quelques années déjà, Vaclav Klaus laisse sans suite la demande du Sénat de décorer les frères qui, lors de leur fuite en Occident en 1953, ont abattu cinq policiers et un civil. Pour Vaclav Klaus, ce sont des personnes controversées. Leur acte divise la société, alors que la distinction appartient à ceux qui jouissent du consensus de la majorité. Qui sera donc parmi les élus cette année ? Cela ne dépend que de Vaclav Klaus, qui a l'autorité de choisir et qui n'est pas limité dans son choix par les propositions qui lui sont faites par les deux chambres du Parlement.