Le palmarès de la 43e édition du Festival international du film de Karlovy Vary

Photo: www.kviff.com

Le long métrage « Terriblement heureux » (Frygtelig Lykkelig) du Danois Henrik Ruben Genz est le film couronné du Grand prix du Festival international du film de Karlovy Vary, qui a pris fin samedi dernier. Du 4 au 12 juillet, la ville thermale de l’ouest de la Bohême a accueilli 143 781 spectateurs venus voir 477 projections et 235 films dont 56 ont été présentés en première européenne, internationale ou mondiale.

« Terriblement heureux » relate l’histoire d’un jeune policier de Copenhague muté dans une petite ville de province. A la radio tchèque, le réalisateur s’est félicité de ce globe de cristal, pour lui la plus haute distinction reçue jusqu’à présent pour ce film basé sur une histoire vraie:

'Terriblement heureux'
« La famille avait réellement existé: la petite fille a trouvé sa mère morte mais celui qui l’avait assassinée n’était pas le policier, mais son mari, le père de la petite, et c’est cette histoire vraie que nous avons dramatisé pour notre film.»

Deux projets tchèques se sont distingués en compétition : Les jeunes talents Martha Issová et Jiří Mádl ont été récompensés des prix de la meilleure actrice et du meilleur acteur pour leurs rôles dans les « Chouettes nocturnes » (Děti noci). Jiří Mádl apprécie l’espace que la réalisatrice, Michaela Pavlátová, lui a laissé pour camper le rôle d’un outsider un peu bizarre :

Martha Issová et Jiří Mádl, photo: CTK
« J’ai essayé chez moi, devant la glace, de m’identifier à ce personnage, et je me suis dit qu’il ne serait pas mauvais de boiter, et puis, une fois je suis venu aux répétitions avec les cheveux en bataille et c’est comme ça, d’une manière tout à fait naturelle, que ce personnage est né… »

Sa compatriote, Martha Issová, se réjouit énormément de ce prix mais elle réfute que ce soit un film strictement féminin :

« Le fait qu’il ait été réalisé par une femme, écrite par une femme et jouée par une femme ne signifie pas automatiquement que tout le monde y porte ce regard: je pense que ce film ne traite pas un problème, un sentiment féminin, c’est l’état d’âme qui peut arriver à n’importe qui d’entre nous. »

'Karamazovi'
Encore un Tchèque, Petr Zelenka, s’est vu remettre deux prix du festival: une mention spéciale du jury et la Fédération internationale des critiques de cinéma lui a attribué le prix Fipesci pour son long métrage « Karamazov » tiré du roman classique de Dostoïevski. Le jury international a remis le prix spécial au film « Le photographe » de l’Indonésienne Nan Triveni Achnas, relatant l’histoire de deux personnes seules. Le prix du meilleur réalisateur a été attribué au Russe Alexeï Uchitel pour son film « Captif » qui se déroule pendant la guerre en Tchétchénie mais dont le thème est universel et intemporel. Le réalisateur russe Nikita Mikhalkov a remporté le prix du public pour son adaptation inhabituelle de Douze hommes en colère, intitulée simplement « 12. »

Christopher Lee, photo: CTK
Une des traditions du festival est la venue de stars internationales. Ainsi, Robert de Niro, Danny Glover et Christopher Lee ont fait leur apparition sur le tapis rouge, qui était vert cette année, pour recevoir des mains du président du Festival, Jiří Bartoška, le Globe de cristal pour leur apport artistique au cinéma mondial.

Les ovations finales ont été pour Meryl Streep dans le rôle principal de la comédie musicale « Mamma mia » présentée personnellement, pour la fermeture du festival, par sa réalisatrice Phillida Lloyd. « Ce film de neuf jours était bon », a dit, à la fin du marathon cinématographique, Jiří Bartoška, en invitant à la prochaine, 44e édition du festival international du film qui se tiendra à Karlovy Vary du 3 au 11 juillet 2009.