Le Paradis de Bohême

Paradis de Bohême, photo: CzechTourism

Veuillez accepter notre invitation de visiter le Paradis de Bohême, une région au nord de Prague caractérisée par ses rochers de grès de formes romantiques, riche en gisements de pierres précieuses, réputée par ses châteaux et ses sites historiques, se distinguant d'une architecture paysanne typique, et offrant des possibilités de sport, dont surtout l'alpinisme, le cyclotourisme, et le paragliding.

Paradis de Bohême, photo: CzechTourism
La région de Cesky raj - Paradis de Bohême - est l'une des plus petites, mais l'une des plus belles en République tchèque. A juste titre, elle figure parmi les candidats d'inscription sur la liste du patrimoine culturel et naturel protégé de l'UNESCO. L'appellation Paradis de Bohême lui a été donnée vers 1870 par des écrivains et des patriotes tchèques, enchantés par les beautés de la nature découvertes lors de leurs séjours réguliers dans la ville d'eau de Sedmihorky. Du point de vue géographique, le Paradis de Bohême se trouve à moins de 100 kilomètres au nord-est de Prague. Sa partie nord est déjà bornée par la chaîne des monts Jizerske et des monts des Géants.

La région est traversée par la rivière Jizera. Les beautés naturelles et une multitude de plantes et d'animaux rares ont été une raison de sa proclamation, en 1955, zone protégée. Quelles sont les principales attractions du Paradis de Bohême? Tout d'abord, les châteaux... En arrivant, par l'autoroute de Prague, au Paradis de Bohême, on s'aperçoit, à gauche, d'une tour ovale Renaissance. C'est le château Humprecht, édifié dans les années 1666-1672 par Humprecht Tchernin comme un pavillon de chasse selon les plans de Carlo Lurago. Sa principale salle ovale se distingue par les qualités acoustiques exceptionnelles. Plus loin, dans la partie rocheuse du Paradis de Bohême, on trouve le château de Kost, l'un des châteaux gothiques les mieux conservés à l'échelle nationale. Edifié au XIVème siècle, il a su résister, un siècle plus tard, aux attaques des troupes hussites conduites par le fameux Jan Zizka. Le caractère ancien bien conservé du château, ainsi que ses environs romantiques - un étang et des vallées, y attirent beaucoup de visiteurs.

Le château Wallenstein est le plus ancien château du Paradis de Bohême. Il fait partie de la ville de rochers. Fondé au XIIIème siècle par la famille Wallenstein, il s'est dégradé, depuis le 16ème siècle, mais au XVIIème, il est devenu un lieu de pèlerinage. De tout ce complexe, c'est le pont en pierre, avec les statues baroques, et la chapelle Saint-Jean-Népomucène, de 1722, qui sont d'une valeur historique exceptionnelle. Une particularité de la chapelle - le tableau de saint Jean-Baptiste, dont les traits seraient la représentation authentique du grand poète tchèque lié par sa vie et son oeuvre à cette région, Karel Hynek Macha.

Paradis de Bohême
Le Paradis de Bohême se distingue aussi par une architecture populaire remarquable. On y trouve beaucoup d'anciennes fermes qui se sont conservées dans leur état originel. Un exemple typique en est la ferme Kopic. Son propriétaire d'autrefois a été un artiste populaire qui a sculpté dans les rochers derrière sa ferme des reliefs remarquables. Ces fermes, ce sont des maisons à colombage, typiques pour les régions montagnards au nord-ouest de la Bohême. Une véritable curiosité de la région, c'est le village de Vesec, près de Sobotka. Ce village se prête à des tournages de films historiques du milieu paysan, puisque ses maisons et toute sa disposition n'ont pas été touchées par le temps.

La région du Paradis de Bohême est le lieu de trouvailles abondantes de pierres précieuses. D'où la tradition de bijouterie et de traitement de ces pierres. L'école secondaire de traitement des pierres et de fabrication des bijoux, fondée en 1884 dans la ville de Turnov, a été la première en son genre en Europe.

Les ruines du château Trosky, photo: CzechTourism
Les rochers en grès de formes les plus diverses sont recherchés par les ascensionnistes. Des kilomètres de sentiers touristiques et de cyclotourisme mènent à travers la ville de rochers. Cette dernière a, pour dominante, les ruines du château Trosky. Edifié en 1390 sur deux roches basaltiques d'origine volcanique, seules les ruines des deux tours le rappellent, aujourd'hui: celle qui est plus mince, s'appelle la Vierge, l'autre, plus robuste, la Vieille. Le château est tombé en ruines au XVIIème siècle. En 1840, la tour mince a été aménagée en tour panoramique qui procure une vue de toute la région. Le voyageur allemand, Humboldt, a appelé le château Trosky le huitième miracle du monde.

La ville de Mlada Boleslav, réputée par la fabrication de voitures de marque Skoda, est la porte d'entrée du Paradis de Bohême. La visite de l'usine Skoda mériterait tout un programme, limitons-nous donc au moins à quelques particularités historiques de Mlada Boleslav. D'abord, c'est le château de Boleslav, fondé au 14ème siècle. Son aspect actuel est le résultat des remaniements entrepris sous le règne de l'impératrice Marie-Thérèse, au XVIIIème siècle. Aujourd'hui, le château abrite le musée régional. Un monument remarquable - le Temple, comme on appelle le palais municipal de style gothique tardif. La ville de Mlada Boleslav forme aujourd'hui pratiquement un seul ensemble avec la ville de Kosmonosy qui est l'une des localités les plus riches en monuments architectoniques, dont notamment ceux de style baroque. La plus réputée est la Lorette - chapelle imitant la Santa Casa de la ville italienne de Lorette.

Notre dernier arrêt sera dans la ville de Jicin, chef-lieu de la région du Paradis de Bohême. Situé à 90 kilomètres au nord-est de Prague, Jicin est, avec ses 17 000 habitants, le centre administratif, culturel, historique et touristique naturel de la région. Sa fondation remonte au tournant des XIIIème et XIVème siècles. Jicin a atteint le plus grand essor sous Albrecht de Wallenstein, chef militaire allemand, noble d'origine tchèque de famille protestante mais qui est passé au catholicisme et soutenu l'empereur lors de la révolte tchèque. Au début du XVIIème siècle, Wallenstein a voulu transformer Jicin en sa ville résidentielle. Avec l'aide d'architectes italiens, il a créé une parfaite symbiose de l'architecture réfléchie s'harmonisant parfaitement avec le paysage. De ce point de vue, son oeuvre n'a pratiquement pas d'équivalent. Hélas, il n'a pas réussi à la terminer - en 1634, il a été assassiné à Cheb. En dépit de cela, la partie résidentielle détermine de manière décisive le caractère de la ville et de ses environs. Wallenstein a conçu la place de la ville de Jicin comme une cour représentative de son château qui devait concentrer tous ses fonctionnaires en un seul endroit. Il y a fait édifier un tribunal, un gymnase, un séminaire, une pharmacie. D'après ses plans, on y a fondé une allée de tilleuls de 4 rangs tout à fait unique en son genre en Europe. Dans l'échappée de vue entre les arbres, on voit, d'un côté, la tour Valdice, dominante de la place, et de l'autre, la tour d'un couvent dominicain fondé par Wallenstein et où il souhaitait d'être enterré. Ses plans sont restés, hélas, inaccomplis. Albrecht de Wallenstein est enterré non loin d'ici, dans la ville de Mnichovo Hradiste. Le couvent est aujourd'hui inaccessible, puisqu'il a été transformé en prison de Valdice.

10
50.519722000000
15.170556000000
default
50.519722000000
15.170556000000
50.437000300000
15.351312600000