Le prochain sommet de l'OTAN à Prague - un tournant historique

r_2100x1400_radio_praha.png

Lors des assises publiques du Sénat sur la politique extérieure, le Président de la République Vaclav Havel a exploré les objectifs du prochain sommet de l'OTAN qui se déroulera à Prague en automne 2002. Astrid Hofmanova.

NATO
Selon Vaclav Havel, le prochain sommet de l'OTAN, en novembre 2002 à Prague, aura une importance historique, car l'Alliance y devrait présenter le nouveau et tout probablement le dernier scénario de son élargissement. Alexandr Vondra, délégué gouvernemental, chargé des préparatifs du sommet, estime que le sommet de Prague appuiera la candidature de cinq ou six pays d'Europe orientale, dont la Slovaquie et la Slovénie. Grand partisan de l'élargissement de l'OTAN à l'Est, Vaclav Havel estime que l'OTAN devrait accueillir en premier lieu la Slovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, la Slovénie et les trois pays baltiques. Il y a peu, il s'est prononcé aussi pour l'adhésion de la Finlande, de la Suède, de la Suisse et de l'Autriche et propose la candidature de la Croatie, de l'Albanie et de la Serbie. En revanche, le Président tchèque ne recommande pas l'adhésion de la Russie, car celle-ci, je cite, «ne contribuerait pas au renforcement des relations entre l'Occident et l'Est». Selon Havel, les bonnes relations entre la Russie et l'Alliance sont le résultat de la coopération entre deux partenaires bien définis. A l'exception du Premier ministre Milos Zeman, selon lequel on ne peut pas rejeter la candidature russe à l'avance, la majorité des hommes politiques tchèques partagent l'opinion du Chef de l'Etat. Petr Necas, président de la Commission de la Défense et de la Sécurité, est d'avis que l'adhésion de la Russie risquerait de limiter la capacité d'agir de l'OTAN. Dans le même temps, estime-t-il, l'Alliance se retrouverait sur la limite stratégique avec la Chine, ce qui la mettrait en contact direct avec d'autres régions de crise d'Asie centrale ou du Caucase. Le sénateur Jan Ruml va encore plus loin. Pour lui, l'adhésion de la Russie entraînerait la disparition de l'OTAN.

Parmi d'autres thèmes qui devraient figurer à l'ordre du jour du sommet de l'OTAN à Prague, il y a la transformation de l'Alliance en réaction aux attentats contre les Etats-Unis, le développement de la politique de défense et de sécurité européenne, les relations entre l'OTAN et l'Union européenne ou la lutte contre le terrorisme.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture