LE VOLEUR A L'EGLISE SAINT-JACQUES

r_2100x1400_radio_praha.png

Un grand nombre de légendes est lié à l'église Saint-Jacques, située derrière l'église du Tyn. Après celle du Seigneur enterré vivant, voilà une autre légende.

Une statuette en bois de la Sainte Vierge Marie est située sur le maître-autel de l'église Saint-Jacques. La précieuse statuette datant du 15ème siècle est miraculeuse. Pour cette raison les gens apportaient de nombreux cadeaux de grande valeur qu'ils déposaient sur la statuette ou à ses pieds. Ainsi les bras de la Sainte Vierge Marie étaient chargés de bracelets en or, de colliers de perles et de diamants, des pièces en or gisaient à ses pieds. Cela attirait bien évidemment toute sorte de malfaiteurs voulant s'emparer de tous ces bijoux. Certains manquèrent de courage craignant le châtiment du sacrilège.

Un voleur particulièrement courageux se décida de voler les bijoux de la sainte. Il entra dans l'église, se cacha au confessionnal vide et attendit la fermeture. Lorsque le sacristain quitta l'église, le voleur sortit de sa cachette et s'approcha de la statuette en bois. Il était ébloui par le scintillement des bijoux de la sainte. Le malfaiteur allongea le bras pour s'emparer du collier le plus proche. A l'instant même, il sentit que quelqu'un agrippait son poignet avec une force incroyable. Paralysé par la peur, il était incapable de bouger d'un pouce. Sa terreur fut accentuée lorsqu'il comprit que son poignet était retenu par la statuette. Il tira dans tous les sens, essaya même de faire tomber l'objet pour le briser, mais en vain. Il était prisonnier de la Sainte Vierge Marie et se voyait obligé d'attendre jusqu'au matin. Le matin, lorsque le sacristain a apperçu le voleur prisonnier de la statuette, il appela sans hésiter le bailli et les gardes. Dès que le bailli entra dans l'eglise, la statuette lâcha son prisonnier. Le voleur a d'abord subi le supplice destiné aux voleurs : on lui trancha la main droite. Ensuite, il fut condamné à dix ans de détention pour sacrilège.

Le voleur purgea sa peine avec résignation. Lorsqu'il sortit de prison il décida de devenir moine pour rédimer ses péchés. Il entra dans l'ordre des frères cordeliers auprès de l'église Saint-Jacques comme le plus humble des serviteurs et y passa le reste de sa vie. Ainsi son péché fut pardonné.