Les Manouches et leur musique envoûtante

Tony Gatlif

Max a dix ans. Il est blond, il a les yeux bleus, des grains de beauté sur le nez et une grande passion pour la musique. Mais pas pour n'importe laquelle : il adore la guitare et il aimerait jouer aussi bien que son idole, le fameux guitariste rom, Django Reinhardt. Un jour Max rencontre Swing, une fille tzigane, plus exactement manouche. Elle lui fait connaître la vie extraordinaire que mène sa large famille, installée en banlieue de Strasbourg, dans des voitures de camping. On y joue et on y chante du matin au soir, en mangeant des cuisses de poulet et en buvant du café. On s'amuse, on vit aux rythmes de la musique, en harmonie avec la nature...

Je viens de vous présenter, en bref, le sujet du film Swing, le dernier long métrage de Tony Gatlif, que vous avez peut-être vu ou dont vous avez entendu parler. Le réalisateur français d'origine rom, Tony Gatlif, 53 ans, n'est pas un inconnu en République tchèque : ses films Gadjo dilo, Latcho Drom ou Je suis né d'une cigogne ont trouvé un écho auprès du public tchèque. Car, même si la République tchèque passe pour un pays où la cohabitation des Roms et des « non Roms » est parfois problématique et douloureuse, je vous assure que la plupart des Tchèques sont avides de nouvelles informations sur la culture rom qui est, à mon sens, de plus en plus appréciée dans le pays. Par exemple, le festival pragois Khamoro, qui se propose de présenter la culture rom dans toute sa diversité, en est une bonne preuve. Comme vous le savez de nos émissions, sa 4ème édition s'est déroulée, cette semaine, dans la capitale tchèque. Et puis, il existe aussi des fous de l'art rom, comme par exemple une de mes amis, une musicologue, qui m'a prêté des enregistrements de cette envoûtante musique manouche...

Au début du mois de mai, le film Swing est sorti en salles tchèques et Tony Gatlif est venu, à cette occasion, à Prague. Lors d'une rencontre avec les journalistes, à l'Institut français, il a parlé, entre autres, de la situation de la minorité rom dans le monde et de son goût pour la musique manouche... La conférence de presse terminée, j'ai pu, moi-même, poser quelques questions au cinéaste. Comment se fait-il qu'un jour, le jeune Tony Gatlif, né en Algérie et venu, à l'âge de 14 ans, en France, a commencé à faire du cinéma ?

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture