Les métamorphoses du festival Printemps de Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

Le festival international de musique Printemps de Prague n'est plus que le festival de musique classique. Cette année on trouve dans son programme aussi du jazz et des fanfares militaires.

A la recherche des événements inédits, la direction du festival est allée jusqu'à organiser un concert dans un milieu quasi choquant. La formation MoEnds, connue auparavant sous le nom de Mondschein Ensemble, a donné un concert de musique moderne dans une usine désaffectée du quartier ouvrier de Karlin. Il est évident que les organisateurs du festival cherchent à attirer un nouveau public et notamment les jeunes. Vendredi, on a pu entendre dans la salle Smetana de la Maison municipale l'orchestre de la Garde du Château de Prague et de la Police tchèque. Pourtant les inconditionnels de la musique classique n'ont eu aucune raison de crier au sacrilège car cette formation a présenté un programme aussi exigeant qu'intéressant. En commun avec le quatuor de saxophones Bohemia et le saxophoniste Felix Slovacek, elle a exécuté des oeuvres de Leonard Bernstein, d'Aaron Copland, de George Gershwin et d'autres auteurs du 20ème siècle. Rappelons que cet orchestre fondé en 1945 s'est produit avec succès aussi, en mars dernier, au Carnegie Hall de New York. Quant aux amateurs des rythmes syncopés ils ont eu l'occasion d'assister à une soirée consacrée au jazz, avec, en vedette, le contrebassiste tchéco-américain Georg Mraz. Il s'est produit, dimanche, dans le Music Bar du palais de Lucerna, au centre de la capitale, avec le pianiste Emil Viklicky et la chanteuse et joueuse du cymbalum, Zuzana Lapcikova. Mais c'est le récital de la mezzo-soprano tchèque, Magdalena Kozena, qui a été sans doute l'événement de la semaine. Elle a attiré dans la salle du Rudolfinum un millier de personnes. Accompagnée du pianiste écossais, Malcolm Martineau, elle a chanté un répertoire très varié en quatre langues - des lieder de Mendelssohn et de Berg, des mélodies de Debussy, ainsi que les cycles Les Satires de Chostakovich et les Petites tristesses de Eben. Le public a chaleureusement apprécié l'aisance avec laquelle la cantatrice changeait de ton, de style et de climat musical, tout en faisant découvrir à l'auditoire des compositions qui méritent d'être connues. Dans la première partie de la soirée on a remarqué dans l'assistance une personnalité de marque - Mme Laura Bush, épouse du Président des Etats-Unis, en visite de cinq jours en République tchèque.