Les Tchèques et les Belges sont fous de jazz

r_2100x1400_radio_praha.png

Je viens de passer quelques jours à Bruxelles et j'y ai rencontré plein de gens intéressants. A ma question qu'est-ce que les Tchèques et les Belges ont en partage, qu'est-ce qui les unit, ils m'ont tous répondu : beaucoup de choses. Et ils se sont mis à me parler des ressemblances de caractère, des mêmes habitudes, d'une parallèle entre les Tchèques et les Slovaques, les Flamands et les Wallons, de la bière etc. Mais, curieusement, personne n'a évoqué... le jazz.

Je vous invite aujourd'hui à un concert de deux jazzmen remarquables : l'un est Tchèque, il porte des lunettes et joue du piano. Il s'appelle Emil Viklicky. L'autre est saxophoniste, il est grand, blond, charismatique, il est né à Liège et il s'appelle Steve Houben. Inutile, certainement, de le présenter à nos auditeurs belges, car il se range parmi les plus grands jazzmen de son pays. Emil Viklicky et Steve Houben, diplômés tous les deux au célèbre Conservatoire musical de Boston, jouent ensemble depuis très longtemps. Lundi dernier, ils ont donné un concert à l'Hôtel Inter-Continental de Bruxelles, à l'occasion de l'ouverture d'une fête de la gastronomie tchèque. Le public, composé essentiellement de diplomates et de Tchèques, installés à Bruxelles, a été ravi. Et moi aussi. En voici un petit extrait...

Après le concert, j'ai invité au micro le saxophoniste Steve Houben. Pour commencer, je lui ai posé une question tout à fait simple. Qu'est-ce qu'il aime dans le jazz ? Il est devenu presque une tradition que les diplomates belges en République tchèque soient des passionnés du jazz. Le pianiste Emil Viklicky raconte...

"Je me souviens surtout de l'ancien délégué Wallonie-Bruxelles à Prague, M. Zénon Kowal. C'était un personnage remarquable. Pendant sa mission à Prague, il s'est intéressé non seulement à la musique, mais aussi au cinéma : chaque année, il a amené une vingtaine de films étrangers au Festival International du film de Karlovy Vary. Et puis, comme je l'ai déjà dit, il était fou de musique, il jouait de la guitare. Avec l'ambassadeur de Belgique en République tchèque, M. Bernard Pierre, lui aussi musicien amateur, ils ont donné à Prague des concerts de rock, auxquels plusieurs musiciens tchèques, dont moi-même, ont participé. A présent, Zénon Kowal n'est plus à Prague, mais cette tradition continue : en décembre, par exemple, M. Pierre, qui chante très bien le blues, va se produire de nouveau à Prague et nous, les musiciens tchèques, on va l'accompagner."

C'est la fin, chers auditeurs, de ce Magazine culturel. N'oubliez pas de m'envoyer vos participations au concours du Magazine culturel. Si vous voulez gagner un joli CD ou un calendrier tchèque, écrivez-moi le titre d'un opéra tchèque vous connaissez. Où et quand l'avez-vous vu ou entendu ? Vous pouvez aussi ajouter quel est le compositeur ou le chanteur d'opéra tchèque vous aimez.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture