Les touristes français savourent le calme de Prague cette année

Pont Charles, photo: Ondřej Tomšů

Habituellement audible partout à cette période de l’année, le français se fait plus rare cet été dans les rues de Prague en raison du contexte sanitaire. Si les touristes, toutes nationalités confondues, sont nettement moins nombreux, quelques notes de français peuvent tout de même être entendues sur la place de la Vieille-Ville.

C’est bien connu, les Français sont partout en vacances. Chaque destination, en Europe ou ailleurs, regorge de touristes hexagonaux qu’il est difficile de ne pas entendre. Si la pandémie de Covid-19 a fortement limité les déplacements internationaux pour les vacances, quelques irréductibles traversent tout de même les frontières afin de poser leurs valises dans de nouveaux territoires. Et Prague ne fait pas exception.

Si personne n’est pas venu expressément afin de savourer Prague sans touristes, profiter du calme et d’espace de liberté est clairement une valeur ajoutée. On écoute Augustin, originaire de Lille :

« Il y a peu de monde dans les lieux touristiques, je trouve que c’est bien mieux. Du coup il y a plus de Tchèques que de touristes. Et le fait qu’il y ait moins de monde, il y a moins de queues, moins de pression…  c’est cool ! »

La place de la Vielle-Ville de Prague, photo: Štěpánka Budková

Des propos confirmés par Marc, arrivant tout droit du sud-ouest de la France, et que nous avons croisé place de la Vieille-Ville, accompagné de son cousin :

« En ouvrant nos volets, on a vu qu’il n’y avait personne sur la place, c’est vraiment plus agréable pour visiter. »

Pour Bruno, en vacances avec sa compagne, le faible nombre de visiteurs a un avantage non négligeable :

« On a trouvé des restaurants avec toujours de la place. C’est vraiment pas mal comme ça. »

Photo: Ondřej Tomšů

Tous ces francophones interrogés viennent ici pour la première fois. Des voyages prévus de longue date qui auraient pu ne pas voir le jour, crise sanitaire oblige. C’est notamment le cas de Marine, venue deux semaines dans la capitale tchèque avec son compagnon :

« Nos billets étaient réservés depuis le mois de février donc on est venus. Sinon, avec le contexte sanitaire, je ne sais pas si on aurait bougé de la France. »

Une situation sanitaire tout de même anxiogène, avec la recrudescence du nombre de cas partout dans le monde, y compris en République tchèque. Pour la seule journée de mardi 290 nouvelles contaminations ont été enregistrées, soit le taux journalier le plus important depuis fin juin, et on compte plus de 5 000 cas actifs dans le pays. Pourtant, cela n’inquiète pas outre mesure nos touristes français. Selon Marc, la crise est bien contenue en République tchèque :

« Je ne suis pas inquiet, on est plutôt sereins au niveau de la crise sanitaire. Dans les transports et l’aéroport, il faut un masque chirurgical obligatoire et c’est plutôt bien respecté. Ça m’a l’air d’aller. »

Photo: Kristýna Maková

En République tchèque, la plupart des mesures sanitaires ont été levées, sauf dans les régions qui comptent des clusters. A Prague, le port du masque n’est plus obligatoire que dans le métro. Les accolades sont nombreuses. La distanciation n’est plus vraiment respectée, surtout dans le centre-ville, au pied de l’horloge astronomique à chaque changement d’heure. Cette forme de relâchement interpelle Marine :

« C’est vrai qu’on ne voit personne à Prague avec des masques donc on n’y pense pas trop. Chez nous, il a été rendu obligatoire partout dans les lieux clos donc en arrivant à Prague on a eu l’impression qu’il n’y avait pas de Covid. »

Rien qui n’affecte pourtant leur plaisir durant cette période estivale. A Prague, les vacanciers sont certes moins nombreux que les années précédentes mais bien décidés à savourer davantage celle qui est surnommée la mère de toutes les villes. Dans ce qui ressemble étrangement à des vacances d’avant la pandémie, les touristes en moins.