Les tours des châteaux d'eau de Prague

r_2100x1400_radio_praha.png

Au fil des siècles, la capitale tchèque, Prague, a reçu plusieurs attributs: Prague - ville dorée, Prague, mère des villes, Prague aux cent tours. En réalité, le nombre de tours, que le panorama de Prague offre, est supérieur à 500. Parmi elles, les tours des anciens châteaux d'eau méritent notre attention: elles se distinguent non seulement par une belle architecture mais aussi par leur valeur historique fournissant le témoignage sur l'approvisionnement de la ville en eau...

L'eau est, certes, un facteur d'importance vitale pour chaque ville. Bien que fondée sur la rivière Vltava, Prague ne s'est pourtant jamais servie de ses eaux comme de l'eau potable. A cette fin, on a utilisé de l'eau de source et de puits. D'après les documents historiques datant du 12ème siècle, le plus ancien site de Prague, Vysehrad, était alimenté en eau potable puisée dans la fontaine de la source de la Jezerka, d'où le nom d'un quartier de Prague 4. Il est aussi intéressant de savoir que le Château de Prague ne disposait naguère que d'un puits relativement peu profond: il fallait attendre l'arrivée du roi Premysl Otakar II et, plus tard, Charles IV, qui firent creuser un puits descendant dans une profondeur de 66 mètres. Néanmoins, comme ce puits ne permettait pas à lui seul d'alimenter tout le complexe du château, Charles IV fit construire un aqueduc amenant de l'eau potable à partir des sources pas trop éloignées de Kajetanka, aujourd'hui une partie du 6ème arrondissement pragois.

Sous le règne de Rodolphe II, un autre aqueduc fut construit, d'après le projet de l'astronome Tycho Brahe, qui alimentait le château de Prague en l'eau de Liboc. C'était le fameux canal rodolphien, dont certaines parties ont été rendues accessibles aux visiteurs.

La première conduite d'eau publique fut construite sous Charles IV, au 14ème siècle, lors de l'édification de la Nouvelle-Ville de Prague. Elle transportait de l'eau de l'endroit où se trouve aujourd'hui la rue Na rybnicku /Au petit étang/, nommée ainsi à la mémoire de cette source d'eau disparue. L'approvisionnement de la Vieille-Ville et du quartier de Mala Strana en eau industrielle était assuré par les distributeurs d'eau qui la transportaient en voitures attelées et la vendaient aux artisans, en particulier, et aux brasseurs qui étaient alors à Prague au nombre de 150.

Face au besoin croissant en l'eau, posé par le développement de la production artisanale, on a procédé, en 1489, à la construction d'un château d'eau près auprès de Staromestske mlyny /Moulins de la Vieille-Ville/, l'un des premiers en Europe. L'eau y était puisée dans le réservoir au moyen des roues hydrauliques et des pompes appelées aussi les instruments d'eau. D'après les documents historiques, il fut 7 fois la proie des flammes. Jusqu'à nos jours, la tour de ce premier château d'eau pragois fait partie des lieux dénommés "passerelle Novotny", d'après le nom d'un meunier. On la trouve en voisinage immédiat du pont Charles. Une plaquette métallique fixée sur le mur de la tour et portant la date du 4 septembre 1890 montre le niveau atteint par les eaux de la Vltava au cours de la crue de cette époque.

Un autre château d'eau fut dressé en 1495, près des moulins Sitkovske. C'est par son système de tuyaux en bois que les fontaines de la Nouvelle-Ville étaient alors approvisionnées en eau. L'aspect Renaissance que la tour conserva jusqu'à nos jours date de 1591. L'histoire agitée de ce château d'eau est pourtant plus longue: brûlé à maintes reprises, détruit pendant la guerre de Trente Ans, il fut réparé et modernisé plusieurs fois pour servir jusqu'au début de ce siècle. La tour Sitkovska se range aujourd'hui parmi les curiosités de Prague, puisqu'elle représente la tour la plus penchée de la ville, s'écartant de 68 cm de son axe perpendiculaire.

Comme ce nouveau château d'eau ne pouvait pas satisfaire non plus les besoins de la Nouvelle-Ville de Prague, une nouvelle tour fut érigée à proximité des moulins de la Nouvelle-Ville. Ces derniers ont été démolis au cours des travaux d'aménagement de la Vltava, de 1906 à 1925.

En 1561, un château d'eau devant alimenter Mala Strana fut construit sur l'emplacement d'une vieille tour en bois, sur la rive gauche, du côté de Smichov. C'est d'après ses propriétaires qu'il s'appelait Petrzilkovska. C'est pratiquement jusqu'à la fin du siècle dernier que ces quatre châteaux d'eau approvisionnaient Prague en l'eau. Au cours du siècle dernier, l'expansion de la ville incorporant les communes voisines exigea naturellement la construction de nouveaux châteaux d'eau. Celui construit à Letna, en 1888, appartient incontestablement aux véritables chefs-d'oeuvre du style néo-Renaissance. En même temps, il convenait parfaitement aux besoins du développement industriel du quartier de Holesovice et d'un quartier administratif qui allait naître, à proximité. La tour du château d'eau fut construite par la firme Hübschmann et Schaffer, d'après le projet de l'architecte, Jindrich Fialka. Un autre château d'eau se trouve à Kralovske Vinohrady. Sa tour construite en 1891, d'après le projet de l'architecte Turek, se distingue, elle aussi, par ses attributs du style néo-Renaissance.

Le début du siècle apporta plusieurs exploits remarquables dans l'architecture de la ville. Il est hors de doute qu'une place privilégiée parmi les ouvrages hydrauliques est réservée au château d'eau de Vrsovice, au 10ème arrondissement, construit d'après le projet de Jan Kotera, fondateur de l'architecture moderne tchèque. La combinaison réussie de la construction en acier du réservoir avec la maçonnerie de briques produit un effet esthétique surprenant. Néanmoins, c'est là que s'arrêta l'évolution séculaire de ces tours pragoises. Après l'édification de l'aqueduc de Karane à Prague, dans les années 1908-1913, les constructions postérieures servant à assurer la distribution d'eau pour un million de Pragois n'eurent plus jamais la forme d'une tour. C'était des bâtiments comme les autres. Dès 1922, on procéda, vu l'extension de la ville, au traitement direct de l'eau de la rivière. Une grande station de traitement des eaux fut construite à cet effet à Prague - Podoli, en 1922, qui fut élargie et modernisée dans les années 1953-1958.

A l'exception de quelques équipements complémentaires, les tours des châteaux d'eau sont aujourd'hui hors de service. Elles sont pourtant une preuve de l'art et de l'habileté technique de nos ancêtres. Leurs silhouettes caractéristiques font partie intégrante de l'image de Prague. Il existe pourtant une chose qui les distingue des autres tours pragoises: elles n'ont jamais eu leur sonneur.