L'éternelle Angélique à Prague

Anne Golon, photo: CTK
0:00
/
0:00

Angélique, ses péripéties, ses amours et ses aventures ont toujours beaucoup d'attraits pour les lecteurs tchèques. L'auteur de la série de romans consacrés à la belle marquise, Anne Golon, 86 ans, a pu s'en convaincre, vendredi dernier, à l'occasion de la publication de la traduction en tchèque du premier tome d'une nouvelle version de leur édition intégrale. Le public venu pour l'occasion était, effectivement, très nombreux. Une surprise pour Nadia Goloubinoff, sa fille et éditrice ?

Et cela même quand il n'y a pas d'annonce. .. Ce qui est très sympathique c'est que les Tchèques manifestent leur chaleur et leur ferveur et qu'ils sont si nombreux. On est là très heureux. Elle n'est pas fatiguée. Elle dit - je suis dans un élément d'amitié et on me parle de ce que j'aime, on me parle de ma vie. C'est donc un échange, elle dit : j'en reçoit autant que mes lectures donnent à mes lecteurs... Elle aime cet échange et tant qu'elle aura la force physique, elle va se déplacer pour toutes les éditions à l'étranger, en Russie, en Allemagne. Cela lui fait très plaisir de rencontrer ses lecteurs du monde ».

Anne Golon, photo: CTK
« Oui et non, parce que nous avons déjà eu un test en sortant les premiers livres de l'intégrale au salon de Genève, en avril 1996. A l'époque, il n'y avait plus de pub sur les livres depuis longtemps, Anne Galon étant presque totalement disparu des médias français et anglais. Elle existait seulement sur internet, depuis quelques années. On a fait un site qui commençait, on a lancé quelques petites annonces sur internet, on n'avait pas les moyens de faire de la publicité dans les journaux. Il y a eu quelques petits articles en Suisse. Au salon de Genève, on a eu un stand, et il y avait des gens - pas tellement comme ici, bien sûr - mais des gens qui arrivaient et qui arrivaient et qui étaient très contents. Un phénomène merveilleux. Parfois ils disaient : mais vous êtes là, vous êtes vivante ? C'était vraiment merveilleux, comme si c'était quelqu'un de leur famille. C'était pareil aux salons de Paris et de Francfort.