L’histoire d’une église gothique déplacée par les communistes

Il y a trente-cinq ans, le 30 septembre 1975, a commencé une opération inédite dans l’histoire tchèque : dans la ville de Most, située à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Prague, une église gothique a été déplacée, en un mois, de plus de 800 mètres. L’église est alors l’un des rares monuments historiques du vieux Most à avoir survécu à la démolition de la ville, dans les années 1970, à cause de l’extraction du charbon.

L’église de l’Assomption-de-la-Vierge, un joyau du gothique tardif, a été construite au XVIe siècle, d’après le projet de Jakub Heilmann de Schweinfurt, sur les ruines de l’ancienne église paroissiale de Most, gravement endommagée par un incendie. Dans les années 1960, les autorités d’alors décident de démolir la ville historique de Most, une ville de plusieurs dizaines de milliers d’habitants et avec des gisements souterrains de charbon. Parallèlement, une nouvelle ville de Most est construite, une ville en béton, véritable prototype de l’architecture communiste…

Alors que le couvent des frères mineurs, plusieurs églises, trois places historiques, l’Hôtel de ville néo-Renaissance, le théâtre Art nouveau et d’autres monuments encore sont démolis, l’église de l’Assomption-de-la-Vierge est sauvée. Elle se prépare pendant sept ans au déplacement, les derniers offices y sont donnés en 1968. Du 30 septembre au 27 octobre 1975, elle est déplacée de 841 m, à la vitesse de 1 à 3 cm à l’heure. L’église et la construction en acier d’un poids de 12 000 tonnes sont installées sur une cinquantaine de voitures hydrauliques permettant d’équilibrer automatiquement les inégalités du terrain.

Les travaux de restauration ont duré treize ans. En 1988, l’église est solennellement ouverte au public. Or c’est une église-musée, remaniée à l’image du régime communiste : elle abrite une collection d’art gothique, dans la crypte se trouve une exposition sur l’histoire de cette région minière, ainsi qu’une petite salle de projection où l’on diffuse un film sur le déplacement du monument. Quatre ans après la chute du communisme, l’église de Most est enfin consacrée. Exploitée aujourd’hui par l’Institut du patrimoine national, elle ne sert aux offices que deux fois par an. Comme le constate Josef Hurt, prêtre à Most, son caractère de maison de Dieu a disparu :

« En rentrant, on a plutôt l’impression de visiter un musée dans une église qu’une église proprement dite, où l’on sent les prières de plusieurs générations. En étant déplacée, cette église a subi un choc, comme une crise cardiaque. Aujourd’hui, les visiteurs y admirent la beauté de l’art gothique. Or le mobilier n’est pas celui d’antan, pas même les bancs... Les gens l’apprécient comme lieu de mariage, d’enterrement ou de baptême. Mais ils ne disent pas : ‘C’est notre église.’ »

Proclamée monument national en février 2010, l’église de l’Assomption-de-la-Vierge a vécu, en juillet dernier, un autre événement important : des vitraux originaux y ont été réinstallés. Pour finir le point de vue de Ludmila Klimplová, guide à l’église, qui est celui de beaucoup d’habitants de Most :

« Je suis contente que l’église ait été déplacée, comme ça, au moins quelque chose de l’ancienne ville royale s’est conservée. »