L'hôtel Crowne Plaza - l'Internacional

L'hôtel Crowne Plaza

Bienvenue à l'écoute de cette nouvelle ballade touristique, lors de laquelle nous resterons à Prague, cette fois-ci. Comme le 18 avril a été déclaré « Journée mondiale des monuments », nous allons faire un tour dans un monument culturel pas comme les autres. Il se trouve dans le quartier de Dejvice, le VIe arrondissement de Prague, et il s'agit de l'hôtel Internacional qui se nomme Crowne Plaza, aujourd'hui.

L'hôtel Crowne Plaza, que nous allons appeler par son nom le plus employé « L'internacional » est une relique des années cinquante et du style qui a pris le nom de « réalisme socialiste ». En effet, c'est entre les années 1952 et 1954, donc après la prise du pouvoir par les communistes, en 1948, que la construction de ce très vaste hôtel a été réalisée, sur une décision du ministre de la Défense de cette époque, Alexej Cepicka. Ce dernier était le gendre du Premier ministre communiste, Klement Gottwald. Pourquoi avoir choisi le quartier de Dejvice ? Parce que le ministère de la Défense s'y trouvait, ainsi que bon nombre d'autres bâtiments appartenant à l'Armée. On était encore dans la période « stalinienne » et Cepicka espérait que Staline participerait en personne à l'ouverture de ce grand hôtel.

Le ministre de la Défense Alexej Cepicka
Il voulait aussi que Staline soit salué, lors de la cérémonie, par 44 généraux qui se tiendraient au garde-à-vous, sur les marches de l'escalier d'honneur du hall de l'hôtel. La conséquence est visible, de nos jours encore. L'architecte Frantisek Jerabek, dans son projet original comptait avec vingt marches pour cet escalier d'honneur. Pour répondre aux désirs du ministre de la Défense Cepicka, deux marches de plus ont été rajoutées, pour qu'en tout les 44 généraux puissent y saluer Staline. Résultat ? La partie centrale de l'hôtel Internacional est plus élevée que les ailes.

Lors de la reconstruction, en 1996, cette étoile en fer qui pesait 250 kilogrammes et mesurait 1,50 mètre de diamètre, a été démontée. Cinq mois plus tard, elle a quand même retrouvée sa place au sommet de la tour centrale. A l'origine, elle était rouge et décorée d'un lion doré et de rameaux de tilleul, les symboles tchèques. Elle était orientée vers la ville. Aujourd'hui, elle est vert clair, le symbole de la chaîne hôtelière Holiday Inn, dont l'hôtel a fait partie pendant un certain temps. Elle est orientée vers le Château de Prague. Il est vrai que l'hôtel Internacional a connu bon nombre de propriétaires ou administrateurs. Il s'est appelé Druzba (Amitié) au début, en signe de l'amitié entre la Tchécoslovaquie communiste et l'Union soviétique, ensuite Cedok, du nom de la plus grande agence tchécoslovaque de tourisme de l'époque...

L'hôtel Crowne Plaza
En raison de son apparence, l'hôtel Internacional a reçu plusieurs surnoms. On l'appelait « La barraque de Cepicka », ou « Le rêve d'un pâtissier dément ». Pourtant l'appellation la plus utilisée fut, certainement, « L'univesité Lomonosov ». En effet, avec sa sorte de tour centrale et ses ailes, l'Internacional rappelle un peu le bâtiment de l'université de Moscou. L'hôtel Internacional se dresse dans une rue qui part du grand rond-point de Dejvice, anciennement place Lénine, aujourd'hui place de la Victoire. Il s'élève sur 16 étages à la hauteur maximum de la tour centrale de 88 mètres. Les ailes du bâtiment ne s'élève qu'à 67 mètres. Il faut admettre, pourtant, que ce sont déjà des dimensions imposantes, presque dignes d'une cathédrale ! En dehors de son apparence extérieure, pour laquelle cet hôtel est aussi classé monument culturel, le visiteur ou l'hôte remarquera surtout la décoration intérieure. De grands peintres tchèques de l'époque, donc des années cinquante du siècle dernier, y ont participé. Parmi eux, Cyril Bouda qui est aussi l'auteur des gobelins. La grande mosaïque murale est l'oeuvre du grand artiste tchèque Max Svabinsky. A l'origine, toutes les poignées des portes d'entrée dans le hall de l'hôtel, avaient la forme de dattes en laiton. Malheureusement, elles ont toutes disparu. Un motif de décoration des plus imposants de l'hôtel Internacional : le calice. Il pèse 15 tonnes et ses dimensions sont de 10 mètres de haut, sur 4,30 mètres de large et 3,80 de long. L'hôtel Internacional, surtout sa tour, était visible de loin. Elle était surmonté d'une étoile rouge à cinq branches, symbole du communisme, de l'ancienne Union soviétique.

C'est à partir de 1957 que l'hôtel a commencé à être appelé Internacional. J'y ai séjourné plusieurs fois, enfant, avec mes parents, lors de voyages de vacances dans l'ancienne Tchécoslovaquie. Je me souviens des grandioses salles de bain et de leur carrelage noir, des vastes baignoires et lavabos, qu'on ne voyait pas souvent, même en France, à l'époque. Une impression m'est restée des séjours à l'hôtel Internacional, dans les années cinquante : j'avais 10-12 ans et l'hôtel me paraissait immense... Je dois avouer que je m'y suis même perdu. Heureusement, pas mal d'employés parlait le français ! Un autre souvenir : on pouvait aller à pieds au Château de Prague et redescendre, ensuite dans le quartier de Mala Strana et de la Vieille Ville, de l'autre côté de la Moldau... Pardon la Vltava, mais c'est ainsi qu'on l'appelait, en allemand en fait, dans les années cinquante du siècle dernier. Encore un souvenir : le faste et le luxe qui régnait dans le restaurant de l'hôtel et, les prix qui semblaient dérisoires en raison d'un cours de change de la couronne tchèque très avantageux pour le franc français, même avant l'introduction des nouveaux francs...

En 1996, l'hôtel Internacional a subi une reconstruction. Elle a duré du mois de mars 1996 au mois d'avril 1997. L'hôtel a repris du service sollennellement, en juin 1997. Une petite curiosité maintenant : le ministre de la Défense, Cepicka, qui avait ordonné la construction de l'hôtel Internacional, avait même compté avec la possibilité d'une attaque nucléaire de l'Ouest... Il ne faut pas oublier qu'on était en période de guerre froide entre l'Est et l'Ouest ! Pour cela, et cela confirme que l'hôtel était destiné, à l'origine, à recevoir surtout des hauts dignitaires militaires des pays alliés de la Tchécoslovaquie, il était équipé d'un abri anti-atomique. Pensez donc ! Pendant deux semaines, 600 personnes pouvaient survivre à une attaque atomique dans cet abri ! Aujourd'hui, ces salles servent de vestiaires aux employés.

L'hôtel Internacional aujourd'hui ? Il n'est plus l'Internacional, il fait partie de la chaîne hôtelière Crowne Plaza que l'on trouve dans le monde entier. C'est le Crowne Plaza de Prague. Il n'en a pas souffert, au contraire. Il offre des services d'une grande qualité, dans une localité toute proche du Château de Prague, l'un des sites pragois les plus visités par les touristes. Ses 254 chambres, single, double et appartements sont pleinement climatisées, et il peut recevoir des conférences, des séminaires ou autres, dans ses 18 salles de conférence d'une capacité allant de 10 à 400 personnes. Sous l'ère communiste de la Tchécoslovaquie, l'hôtel Internacional servait aussi de centre d'hébergement des sportifs. En effet, comme il était assez proche du grand stade de Strahov, les cyclistes qui participaient à la Course de la Paix, par exemple, y étaient logés.

L'hôtel Crowne Plaza, photo: Intercontinental Hotels Group
Aujourd'hui, les hôtes sont surtout constitués de touristes étrangers, qui recherchent un peu de calme, mais pas loin des sites touristiques. Les hommes d'affaires choisissent plutôt le centre de la capitale tchèque.

Nous avons commencé en disant que le 18 avril était la Journée mondiale des monuments. En cette journée, en général, ou pendant le week-end qui suit, l'entrée est gratuite dans tous les monuments historiques ou culturels. En est-il de même à l'hôtel Crowne Plaza ? En ce qui concerne l'entrée, certainement. Par contre, nous doutons que les services soient gratuits, car l'hôtel est certes classé, mais reste quand même une entreprise qui vit, et non pas un momument qui rappelle le passé. Rendez-vous dans quinze jours, dans un autre grand hôtel pragois !