Lifting pour le gouvernement Petr Nečas

Petr Nečas, photo: ČTK

Le président Václav Klaus a nommé trois nouveaux ministres du gouvernement de la coalition du Parti civique démocrate ODS, du Parti TOP 09 et du Parti libéral démocrate LIDEM. A partir de ce mercredi, le cabinet du premier ministre Petr Nečas est donc à nouveau complet mais ce remaniement ne fait pas l’unanimité, même au sein de la coalition gouvernementale.

Zbyněk Stanjura, photo: ČTK
C’est l’ancien président du groupe de l’ODS à la Chambre des députés Zbyněk Stanjura qui vient d’être nommé ministre des Transports. Dans son nouveau rôle il désire profiter de ses capacités de manager :

« J’ai une formation de programmeur et j’ai des expériences de direction de diverses organisations. C’est sans doute la raison pour laquelle le choix de M. le premier ministre est tombé sur moi. Evidemment je n’ai pas la formation d’un spécialiste des transports mais je ne considère pas cela comme un handicap. »

Le rôle du nouveau ministre ne sera pas cependant seulement de diriger son ministère mais aussi de préparer en quelque sorte sa liquidation. C’est ce qui a été confirmé d’ailleurs par le chef de gouvernement Petr Nečas.

Petr Nečas, photo: ČTK
« Son objectif sera de préparer la transformation du ministère des Transports et sa fusion avec le ministère de l’Industrie et du Commerce. Les deux institutions formeront le ministère de l’Economie. Ce processus s’échelonnera sur 18 mois. »

Le ministère de la Défense été confié à la présidente du parti LIDEM Karolína Peake. Cette nomination a suscité diverses réactions négatives sur la scène politique. Même le président de la République Václav Klaus s’est étonné qu’un poste d’une telle importance soit réservé à une personne aussi inexpérimentée et a remarqué qu’on ne devient pas en un jour spécialiste de la défense. Son avis est plus ou moins partagé aussi par les leaders du parti TOP 09, deuxième formation de la coalition gouvernementale. Face à ces doutes, Petr Nečas a pris la défense de sa nouvelle ministre :

« Je voudrais rappeler à tous les critiques que Karolina Peake est vice-premier- ministre et membre du Conseil de sécurité de l’Etat. Elle est également membre du Comité pour le service de renseignement qui n’est composé que de quatre ministres. Cela veut dire que depuis avril 2011 elle a accès à tous les documents importants concernant la défense et la sécurité de l’Etat. »

Karolina Peake, photo: ČTK
A noter que Karolína Peake est déjà la deuxième femme qui assume les responsabilités de ministre de la Défense dans l’histoire de la République tchèque. Entre 2007 et 2009 ce poste avait été occupé par Vlasta Parkanová (TOP 09) qui est aujourd’hui soupçonnée d’être responsable d’un achat d’armes douteux en 2009.

Le troisième nouveau membre du cabinet est le ministre sans portefeuille Petr Mlsna (sans-parti) qui occupera également le poste de chef du Conseil législatif du gouvernement resté vacant après le départ de Karolína Peake. Petr Nečas se félicite de l’arrivée de ce fonctionnaire qu’il qualifie d'« excellent législateur ».

Toutes ces manœuvres politiques sont mal vues par l’opposition. La nomination de nouveaux ministres a été critiquée entre autres par Lubomír Zaorálek, vice-président du Parti social-démocrate tchèque :

Petr Mlsna, photo: ČTK
« Ce changements ne visent pas l’amélioration de la qualité de la direction des ministères. Il s’agit de satisfaire les groupes d’influence ayant soutenu le cabinet Petr Nečas au moment où il était menacé. Et c’est évidemment mauvais parce que les secteurs comme les Transports et la Défense devraient être confiés à des fonctionnaires qui en savent quelque chose et non pas à des personnes qui arrivent une année et demie avant les élections et ne commencent qu’à les découvrir. »

A l’ordre du jour de la première réunion du cabinet remanié il y a entre autres le mandat du premier ministre Petr Nečas qui doit participer cette semaine au sommet de Bruxelles consacré à la supervision des banques européennes.