Marion Laine : « Adapter un roman en film, c’est ne pas avoir de règles »

un_coeur_simple.jpg

Hors compétition cette fois, dans la catégorie Horizons du festival du film de Karlovy Vary, la magnifique adaptation du conte de Gustave Flaubert, Un coeur simple. Les deux interprètes, Sandrine Bonnaire dans le rôle principal de Félicité et Marina Foïs dans celui de sa patronne Mme Aubain, donnent là la mesure de leur talent. Radio Prague s’est entretenue avec la réalisatrice Marion Laine, et a commencé par lui demander son avis sur le festival de Karlovy Vary.

« Pour moi, c’est tout nouveau, le film commence juste sa carrière. Je reviens de Moscou où j’étais la semaine dernière, c’était super, mais là ce que j’adore à Karlovy Vary, c’est que c’est très réputé à Paris et les gens adorent ce festival. On m’avait expliqué que les gens venaient de toute la République tchèque, qu’il y a tous ces jeunes qui viennent avec leur sac à dos, que les salles sont remplies... C’est fabuleux, du coup, j’avais très envie de venir et je suis vraiment très heureuse d’être ici. »

Comment est née l’idée d’adapter Un coeur simple ? Vous étiez une amatrice de Gustave Flaubert dans votre enfance ?

« Oui, j’aime beaucoup Flaubert. Le cinéma, c’est vraiment une histoire de rencontres. Et là, c’est la rencontre d’une productrice, c’est des hasards. On parlait de nos héroïnes préférées, et il y avait Félicité. On est tombées d’accord. Il y a eu cette envie et cet engouement pour Un coeur simple. »

On sait que l’écriture de Flaubert était très précise, très ciselée, il retravaillait énormément ses textes, il y avait un gros travail d’écriture, il suffit de penser à son « gueuloir ». Je suppose que pour adapter Flaubert il faut avoir le même travail d’exigence. C’est comme ça que vous avez travaillé ?

« Je pense qu’on pourrait l’adapter de façon tout à fait différente. Ce qui est beau dans une adaptation c’est de ne pas avoir de règles et de contraintes. Ou alors de s’imposer ses propres contraintes. Mais pourquoi ne pas tourner Flaubert caméra à l’épaule ? Mais ce n’était pas mon voeu de départ. Je suis partie de l’idée du conte : beaucoup de gens disent que c’est l’adaptation d’un roman, mais c’est un conte. Pas un conte de fées. Je suis donc partie de cette idée de conte et de vous raconter une histoire. J’ai longtemps pensé à la voixoff mais je ne voulais pas.

''Un coeur simple'
Mais je me suis dit : ce sera comme un livre d’images qu’on tourne, d’où les fondus au noir. Il fallait qu’il y ait une lenteur comme quand on raconte une histoire à un enfant. Je voulais que sa vie soit comme dans des tableaux ou dans les livres d’enfant où on ressort une situation qu’on met en image. »

Sandrine Bonnaire, Félicité, vous l’avez envisagée dès l’écriture du scénario ?

« Oui, je l’ai écrit pour elle. J’avais déjà écrit un long métrage où je lui avais proposé un rôle qu’elle avait réfusé. Mais je me suis acharnée... je voulais un rôle pour elle, et pour Félicité elle m’a dit oui. »