Monsieur 100 000 volts et son public tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

Vous savez déjà, sans doute, de qui je vais vous parler aujourd'hui : d'un monsieur portant toujours une cravate à pois qui aimait se promener, à Moscou, avec une certaine Nathalie. D'un poète qui voulait que l'on enterre son étoile dans un grand champ de blé, pour que l'on y retrouve après des bleuets... Inutile, certainement, de vous présenter Gilbert Bécaud, disparu en décembre dernier. Mais quand même. Peut-être que vous n'avez jamais entendu les versions tchèques de ses tubes, peut-être que vous ne savez pas que, dans les années 70, 80, il a été, en Tchécoslovaquie, le plus aimé, le plus joué de tous les chanteurs français.

Dans les années 60, une vedette de la chanson tchèque, Judita Cerovska, et la célèbre parolière, Jirina Fikejzova, ont fait découvrir au public tchèque la fameuse chanson de Gilbert Bécaud Et maintenant ?. Judita Cerovska, morte, elle aussi, l'année dernière, nous y chante, tout comme Gilbert Bécaud, le chagrin d'amour. Que ferai-je maintenant, la vie est si longue... tout est fini entre nous... les fleurs que tu m'a données, je les jetterai cette nuit...

une loge chauffée, un miroir et un lavabo. Ecoutons, maintenant, une autre chanson de Bécaud, interprétée par Hana Hegerova, grande dame de la musique tchèque qui s'est fait, comme Bécaud, ovationner à l'Olympia à Paris. La chanson s'appelle, en tchèque, Les Antiquités. La chanteuse rentre dans un magasin d'antiquités, mais juste pour regarder, car elle n'a pas assez d'argent pour pouvoir acheter ce qui lui plairait. L'antiquaire lui montre un vieux tourne-disque et lui fait écouter une mélodie qui est, par hasard, interprété justement par cette chanteuse. La vedette est vexée, car, quelle horreur, le vendeur a osé prendre son disque pour une antiquité... « Lucerna, je l'adore. C'est à la fois une sauna, un ring de boxe et un opéra d'état. Le public est partout, devant, à côté et au-dessous de moi. » D'après Ivo Letov, organisateur des concerts de Bécaud en Tchécoslovaquie, ce dernier ne se comportait pas du tout comme une star. A la différence des chanteurs d'aujourd'hui, il était, paraît-il, très modeste, lors des tournées, il ne demandait que trois choses :

Gilbert Bécaud a effectué six tournées en Tchécoslovaquie socialiste, il a été applaudi à Prague et à Bratislava, mais aussi en province. Son concert à Lucerna était même retransmis par la télévision. Un succès inouï pour un artiste venu du monde « capitaliste »... Monsieur 100 000 volts a influencé toute une génération de musiciens et chanteurs tchèques, ont écrit les journaux, le lendemain de sa mort. Waldemar Matuska se range certainement parmi eux. Cette figure légendaire de la musique tchèque, qui partage sa vie entre sa patrie et les Etats-Unis, devait être, lui aussi, très triste, quand... Il est mort le poète...

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture