Musique : le Quatuor américain d’Antonín Dvořák

Antonín Dvořák

Tout comme la semaine dernière, notre émission musicale du dimanche est consacrée à l’œuvre du grand compositeur tchèque Antonín Dvořák (1841-1904), dont nous venons de célébrer le 180e anniversaire de la naissance. Nous vous proposons d’écouter aujourd’hui son Quatuor à cordes n°12 en fa majeur.

Spillville | Photo: Sborník k oslavě stoletých narozenin Antonína Dvořáka : 1841-194/Celestin Rypl/Wikimedia Commons,  CC0 1.0

Antonín Dvořák  a créé ce quatuor, dit américain, en juin 1893 dans le petit village de Spillville, dans l’Iowa. Il y a passé, avec sa famille, ses premières vacances pendant son séjour de trois ans au Conservatoire de New York, où il enseignait la composition.

Rappelons que Dvořák est arrivé aux Etats-Unis à l’invitation de la directrice du Conservatoire Jeannette Thurber. Elle souhaitait que le génie de la musique tchèque pose les fondements de la musique classique américaine. Dvořák ne l’a pas déçue : il a créé aux Etats-Unis neuf compositions, dont la fameuse 9e symphonie dite « Du nouveau monde » ou encore le Quatuor à cordes n°12, présenté pour la première fois en public le 1er janvier 1894 à Boston.

Antonín Dvořák à Spillville | Photo: Wikimedia Commons,  public domain

Les circonstances dans lesquelles Dvořák a composé cette œuvre sont bien connues : après avoir passé plusieurs mois dans la trépidante ville de New York le musicien s’est retrouvé dans l’environnement dans lequel il se sentait le plus à l’aise : en pleine nature. A Spilwill, où il a donc passé ses vacances en juin 1893, résidait à l’époque une importante communauté tchèque. Entouré de ses compatriotes et de ses proches, Dvořák se sentait heureux. C’est sur les rives d’une rivière locale qu’il a alors composé son joyeux Quatuor en fa majeur, inspiré de la musique amérindienne, dont nous allons écouter  un extrait dans les minutes qui suivent.