NetGallery : un nouveau projet tchéco-français dédié à l'art contemporain

/c/vystavy/prodlouzena_kuze_krzysztof_goluch_hotel.jpg

Depuis la semaine dernière et jusqu’à nouvel ordre, le Centre tchèque de Paris propose une nouvelle exposition intitulée « Seconde peau », première d’une série d'expositions de la NetGallery, un nouveau projet dédié à l’art contemporain.

Tereza Novakova est en charge de la communication au Centre tchèque de la capitale française :

« La NetGallery est un nouveau projet initié par le Centre tchèque de Paris en collaboration avec l’Institut français de Prague, l’Académie des arts, de l’architecture et du design de Prague (UMPRUM) et l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. C’est un projet de plusieurs expositions d’art contemporain avec de jeunes artistes tchèques et français, c’est un vrai échange entre étudiants et c’est aussi une grande première pour nous avec une partie des œuvres qui sont créées sur place, au Centre tchèque. »

L’exposition Seconde peau, Lucie Zelmanová, photo: NetGallery

Y a-t-il une interaction entre ces artistes pendant la création ?

« Les artistes ont commencé à préparer leurs œuvres chacun de leur côté, mais avant l’exposition ils viennent une semaine ou deux ici en résidence au Centre tchèque et il y a une interaction entre eux au moment de la mise en place de l’expo. C’est une vraie collaboration. »

Cette première exposition a été inaugurée le 9 octobre…

L’exposition Seconde peau, Nikolaj Jessen, photo: NetGallery

« Oui, et les commissaires de cette exposition l’ont appelée ‘Seconde peau’, pour évoquer un subconscient technologique que l’on porte comme une seconde peau. C’est tout le côté virtuel des communications en ligne qui nous collent à la peau comme une seconde peau et qui peut influencer, consciemment ou non, notre réalité et toute notre vie. »

Les commissaires de cette exposition sont-elles des étudiantes de Prague ?

« Simona Dvořáková est actuellement en résidence aux Beaux-Arts de Paris et elle fait le lien avec cette institution. Eva Drexlerová est quant à elle basée à Prague et fait le lien avec les artistes tchèques et l’UMPRUM. »

L’exposition Seconde peau, Tilhenn Klapper, photo: NetGallery

Si la situation épidémiologique le permet, on pourra voir des œuvres exposées à Paris au printemps prochain à Prague, c’est bien ça ?

L’exposition Seconde peau, Karolína Matušková, photo: NetGallery

« Oui on l’espère bien. Grâce à l’Institut français on peut accueillir des artistes tchèques en résidence ici et on envisage une exposition à Prague, soit à l’IFP soit à UMPRUM, qui regroupera les œuvres créées pour la NetGallery. Le plus important est cet échange et la création de liens, nous voulons être la première impulsion pour d’autres projets de collaboration à l’avenir. »

http://paris.czechcentres.cz/programme/details-de-levenement/810-vernisaz-netgallery-1/

L’exposition Seconde peau, Martin Faltejsek, 'En apesanteur', photo: NetGallery