Nouvelles Dimanche, 30. AOÛT, 1998

r_2100x1400_radio_praha.png

Il y a 45 ans, en 1953, s'ouvraient pour la première fois les portes du ZOO de Brno en Moravie du sud.

-ju-

"Local Street Party" à Prague

Les activistes écologiques ont choisi ce samedi pour manifester, au centre de la capitale tchèque, contre la globalisation de l'économie, mais aussi contre l'automobilisme à Prague. Leur manifestation s'appelle "Local Street Party" et renoue librement avec une manifestation pareille tenue, en mai dernier, sous le nom de "Global Street Party". Plusieurs pétitions ont circulé parmi les manifestants, protestant aussi contre l'utilisation des animaux de laboratoire ou contre la loi sur la drogue adoptée par le Parlement précédent.

Séminaire du Fonds de population des Nations Unies terminé à Prague

Fin, à Prague, du Séminaire international du Fonds de population des Nations Unies. Pendant le séminaire de trois jours, des experts onusiens ont présenté le rapport annuel sur l'état de la population mondiale. Il en découle que bien que la croissance de la population se soit ralentie, elle représente pourtant plus de 80 millions de nouveaux habitants par an. Selon les prévisions, l'expansion démographique devrait s'arrêter vers le milieu du siècle prochain.

Kinkel rejette la critique du parti CSU à l'adresse de Prague

A la différence des chrétiens sociaux allemands, Theo Waigel et Edmund Stoiber, le ministre des Affaires étrangères d'Allemagne, Klaus Kinkel, refuse de sacrifier la politique européenne de son pays à la campagne électorale en Bavière. "La réconciliation avec les Tchèques est une affaire de toute la nation allemande et non de la politique bavaroise", a-t-il dit, ce samedi, à Bonn, lors du congrès du parti FDP.

Kavan ne se fait pas d'illusions quant à la situation en Russie

Le chef de la diplomatie tchèque, Jan Kavan, ne se fait pas d'illusions quant à la situation actuelle en Russie. Il n'exclut même pas des explosions sociales dans ce pays. Il craint également que Moscou soit capable de rembourser les dettes, mais aussi les intérêts de ces dettes à la République tchèque.

P. Uhl commissaire du gouvernement pour les droits de l'homme

A nous en référer au quotidien Pravo, Petr Uhl, ancien dissident, journaliste du quotidien Pravo et collaborateur de Radio Prague, devrait être nommé commissaire du gouvernement pour les droits de l'homme. Il présidera, en même temps, le Conseil des nationalités et la Commission interministérielle pour les affaires de la communauté rom (tsigane). Le cabinet devrait en décider la semaine prochaine.

L'exode des Roms continue

Selon le quotidien britannique The Times, rien qu'en août, plus de 640 Roms (Tsiganes) tchèques et slovaques auraient demandé l'asile en Grande-Bretagne. Cette vague d'émigrés pourrait s'expliquer, selon le ministère britannique de l'Intérieur, par l'intention de Londres de rendre plus sévères les conditions d'octroi d'asile. Les demandeurs d'asile, dit-on, ne devraient plus toucher les allocations sociales complètes comme auparavant, et seraient logés dans les régions déterminées par les autorités.

Anton Malloth - sera-t-il extradé?

Tout indique qu'Anton Malloth, ancien commandant de la prison de Terezin, qui est responsable de la mort de plusieurs centaines d'hommes, n'a pas de nationalité. Ni allemande, ni italienne, ni autre. Selon le porte-parole du ministère de la Justice, Vladimir Voracek, cette information a été confirmée par la partie allemande. Jusqu'à présent, l'Allemagne refusait d'extrader ce criminel de guerre en se référant à la législation empêchant de rendre les ressortissants allemands à la justice d'un autre pays.

La police veut chasser la prostitution des rues

La police tchèque et des experts du ministère de l'Intérieur préparent un plan devant mettre un terme à la prostitution dans les rues de villes. Selon le quotidien Lidove noviny, la police veut obtenir que la prostitution soit autorisée uniquement dans les maisons enregistrées. Les prostituées seraient ainsi employées par ces maisons et leurs patrons seraient obligés de payer les impôts sur le revenu. Simultanément, une récidive de la prostitution de rues pourrait être jugée comme un crime.