Nouvelles Lundi, 04. SEPTEMBRE, 2000

r_2100x1400_radio_praha.png

Par Jaroslava Gissübelova

L'Autriche veut faire de Temelin un thème de l'Union européenne

L'Autriche continue sa campagne contre la mise en service de la centrale nucléaire de Temelin. A une rencontre informelle des ministres des pays des Quinze à Evian, Benita Ferrer-Waldner, chef de la diplomatie autrichienne, a informé son homologue français, Hubert Védrine, des craintes de la mise en service de la centrale nucléaire tchèque, essayant d'en faire un thème dont s'occuperait l'Union européenne. Comme nous l'avons déjà signalé, la Commission européenne a refusé, vendredi, de s'exprimer sur la centrale tchèque estimant que c'est une affaire bilatérale entre Vienne et Prague.

Prague rejette l'accusation d'arrogance de Haute-Autriche

Par la voix de son porte-parole, le ministère tchèque des Affaires étrangères a rejeté résolument les propos du gouverneur de Haute-Autriche, Josef Pühringer, sur l'arrogance de la politique tchèque à l'égard de l'Autriche en ce qui concerne la centrale nucléaire de Temelin. Participant, samedi, au blocus du poste-frontière de Wullowitz - Dolni Dvoriste, Josef Pühringer a déclaré que le gouvernement tchèque devrait avoir plus de responsabilité par rapport à Temelin et renoncer à sa politique arrogante de ces derniers jours, à l'égard de l'Autriche. Le porte-parole y a réagi en indiquant que l'atmosphère autour de la centrale est inutilement politisée et que le blocus des postes frontière n'est pas la meilleure forme de communiquer.

Le commissaire Verheugen propose un référendum sur l'élargissement de l'U.E.

Le gouvernement tchèque a laissé sans commentaire la proposition du commissaire européen, Günter Verheugen, d'organiser un référendum sur l'admission de la République tchèque et d'autres candidats à l'Union européenne. Le commissaire s'est ainsi exprimé dans la livraison de samedi du journal Süddeutsche Zeitung.

L'Allemagne ne présentera pas de revendications patrimoniales à la Tchéquie

Le gouvernement tchèque a accueilli avec satisfaction la déclaration du chancelier allemand, Gerhard Schröder, selon laquelle l'Allemagne ne présentera pas de revendications patrimoniales, ni territoriales, à la Tchéquie. Le chancelier l'a déclaré à un rassemblement solennel de l'Union des expulsés à Berlin. Il est le premier chancelier à intervenir à la session annuelle de cette Union rassemblant les Allemands déplacés après la guerre des pays d'Europe centrale et orientale.

Fin de la conférence internationale sur les minorités à Brno

Les enfants roms et autres des minorités nationales en République tchèque ont les mêmes capacités de s'instruire que les enfants de la société majoritaire tchèque. C'est ce qui ressort d'un sondage dont les résultats ont été débattus par des participants à la conférence internationale sur le thème des minorités dans la société pluraliste au tournant des millénaires qui a pris fin à Brno. 70 experts de l'étranger et 130 tchèques ont pris part à cette conférence.

Rentrée scolaire

La nouvelle année scolaire commence le 4 septembre en République tchèque. Parmi les hommes politiques qui viendront à cette occasion saluer les enfants, il y a le Président Vaclav Havel. Avant son départ pour les Etats-Unis, il visitera une école primaire au 6e arrondissement de Prague.

Succès de la Philharmonie tchèque

La Philharmonie tchèque est rentrée d'une tournée en Grande-Bretagne. Elle y a participé avec succès au festival international de musique à Edimbourg. L'orchestre s'est vu décerner le prix Herald Angel Award pour des qualités et des mérites artistiques exceptionnels.

Hommage à Albert Schweitzer

La société des Amis de la ville de Decin a inauguré une plaque à la mémoire du séjour dans cette ville, en 1923, d'Albert Schweitzer, médecin missionnaire, théologien, philosophe et musicien français, Prix Nobel de la paix. C'est dans l'église évangélique de Decin que Albert Schweitzer avait alors joué de l'orgue, en affectant les recettes du concert à des fins humanitaires.