Nouvelles Lundi, 31. AOÛT, 1998

r_2100x1400_radio_praha.png

NOUVELLES 31.8.98

Débat Havel-Zeman

Le président Vaclav Havel a profité de son premier débat radiophonique après son hospitalisation pour s'exprimer sur différents sujets qu'il n'a pas pu aborder auparavant. Je précise que le débat, dont il est question, a été enregistré encore à l'hôpital et diffusé, samedi, par la Radio tchèque. J'ajoute aussi que l'interlocuteur du Président a été le Premier ministre Milos Zeman. Voici donc un bref résumé:

- Vaclav Havel voit d'un bon oeil l'effort du cabinet Zeman en vue de renforcer le rôle de l'Etat en faveur de la solidarité civique. Il est, d'autre part, sceptique pour ce qui concerne le financement des projets envisagés. De même, il n'approuve pas l'idée de subventionner des entreprises sélectionnés sans une conception bien fondée.

- Pour ce qui est de l'élection présidentielle, Vaclav Havel ne s'oppose pas au scrutin direct à l'avenir. Selon lui, le changement de système dans ce sens ne signifierait pas forcément un élargissement important des pouvoirs du Président. Il craint, cependant, un rôle démesuré des partis politiques.

- Quant au changement du système électoral, dont on discute actuellement en République tchèque, le Président s'est prononcé pour un scrutin majoritaire, mais à deux tours. Autrement, a-t-il dit, ce serait la fin de la démocratie en Bohême.

Vaclav Havel et les émissions de RFE/RL vers l'Iran et l'Irak

Un sujet à part - les émissions de la station américaine Radio Europe libre/Radio Liberté qui s'apprête à diffuser ses programmes vers l'Iran et l'Irak à partir de Prague où elle a son siège. Vaclav Havel ne partage pas du tout l'attitude du cabinet social-démocrate qui demande des consultations préliminaires avec la partie américaine. Selon Havel, en effet, il incombe, formellement, à la station elle-même de décider dans quelles langues elle va diffuser. La République tchèque, à son avis, ne peut pas participer seulement aux avantages de la coopération avec le monde démocratique. Elle doit aussi partager les risques qu'il encourt.

L'Irak contre le projet de RFE/RL

Encouragé par le débat en cours en République tchèque, Bagdad a de nouveau invité Prague à ne pas autoriser Radio Europe libre à diffuser en arabe vers l'Irak. C'est l'agence AFP qui en a informé en se référant à la parution de dimanche du journal irakien As-Saura.

Local Street Party à Prague sans incidents

C'est sans incidents plus graves que s'est terminée, samedi dans la nuit, la manifestation Local Street Party organisée, au centre-ville de Prague, par des activistes écologiques. Quelque trois à quatre milliers de manifestants (la moitié d'après les sources policières) ont défilé dans la ville pour protester contre la globalisation économique et contre les automobiles dans les rues. Après la dissolution de la manifestation par les organisateurs, de petits groupes de jeunes ont tenté de provoquer des conflits, mais sans effet.

BdV: Dédommager d'abord pour pouvoir adhérer à l'Union européenne

En Allemagne, l'Union des expulsés (BdV) demande de conditionner l'adhésion de la République tchèque et de la Pologne à l'Union européenne par un dédommagement des Allemands expulsés après la guerre. Les deux pays devraient leur permettre de rentrer sur les territoires qu'ils habitaient avant leur transfert. Une déclaration d'Erika Steinbach, présidente de l'Union, samedi à Potsdam.

L'inauguration d'un monument à la mémoire de A. Dubcek

Depuis ce dimanche, Alexander Dubcek, l'un des plus grands personnages du Printemps de Prague 68, a un monument rappelant sa mort tragique, il y a six ans. La plaque commémorative se trouve sur une aire de repos de l'autoroute reliant Prague et Bratislava, tout près du lieu de l'accident dont Alexander Dubcek devint victime. Le monument a été financé par la partie slovaque, l'Université de Bologne et la municipalité de la ville de Humpolec. Son maire, Jan Koten, a dit à cette occasion que ce monument sera un symbole de l'amitié tchéco-slovaque.