Nouvelles Mercredi, 06. SEPTEMBRE, 2000

r_2100x1400_radio_praha.png

Par Omar Mounir

Le président de la République, Vaclav Havel, en voyage aux USA

Le Président de la République, Vaclav Havel, a entamé une visite de travail aux Etats-Unis, pendant laquelle il participera au « sommet du millénaire » organisé par l'ONU à New York du 6 au 8 septembre. Au programme ce mardi : visite de l'Université de Michigan, octroi du grade de docteur honoris causa et discours au symposium « Les défis intellectuels de la mondialisation ».

Appel de l'Eglise tchèque au FMI

A l'occasion des assises du FMI et de la BM à Prague, fin septembre, la Conférence épiscopale tchèque appelle les participants aux assises à chercher des solutions en vue de diminuer la misère des pays du tiers monde et d'encourager leur développement économique. A la même occasion, l'Eglise organise une collecte en faveur des pays les plus pauvres.

Un nouveau blocage de la frontière tchéco-autrichienne

Pour empêcher la mise en service de la centrale nucléaire de Temelin, les écologistes autrichiens viennent d'annoncer un nouveau blocage des passages frontière entre la Haute-Autriche et la Bohême du sud. Le blocage, prévu pour le vendredi 8 septembre, a soulevé une vague d'indignation en Tchéquie.

Réaction de l'Institut pour la sécurité nucléaire

Le porte-parole de l'Institut pour la sécurité nucléaire a qualifié ce blocage de la frontière "d'hystérie, d'assez gênant et de réaction de nature à attirer la honte sur l'Autriche dans toute l'Europe." Quant au mouvement écologique Arc-en-ciel, aussi bien que Les mères de Bohême du sud et le mouvement Greenpeace tchèque, ils ont déclaré qu'ils ne prendront pas part à l'action de protestation autrichienne, vendredi prochain.

Réactions du gouvernement tchèque

Selon le porte-parole du gouvernement tchèque, Libor Roucek, le blocage de la frontière avec l'Autriche, ce vendredi, n'empêchera pas la mise en marche programmée de la centrale de Temelin. Il a qualifié ce blocage de " contre-productif ", ajoutant qu'il n'aboutirait à rien, car la centrale répond aux normes de sécurité valables dans chaque pays européen et aux Etats-Unis. Quant au porte-parole du ministère des Affaires étrangères, à Prague, Ales Pospisil, il a qualifié ce blocage d'incompatible avec les bonnes relations de voisinage, n'étant qu'une "dramatisation et une politisation de tout le problème" qui devrait, a-t-il ajouté, être résolu sans émotion. Le tout en précisant que le ministère est parfaitement conscient de ce que l'énergie nucléaire est controversée ; il respecte et accepte l'intérêt des citoyens.

Des partis politiques exigent un rapport sur Temelin

Au nom des autres partis de la coalition d'opposition tchèque, l'Union de la liberté demande au gouvernement de soumettre aux députés, dès la prochaine séance du 14 septembre, un rapport complet sur la sécurité de la centrale nucléaire de Temelin. L'Union de la liberté exige qu'en tout état de cause ce rapport soit soumis à examen avant la mise en service de la centrale.

Polices tchèque et allemande et la sécurité des frontières

Commencement, ce mardi à 14 heures, de la première action de sécurité tchéco-allemande des polices des deux pays, à la frontière commune. Le but, selon la porte-parole de la police en Bohême du nord, est d'accroître la communication entre les deux polices, l'échange d'informations et la mise en oeuvre de techniques spéciales pour la protection des frontières.

L'Autriche dédommagera les déportés

L'Autriche payera, en tant que dédommagement pour les citoyens tchèques qui furent déportés, lors de la guerre, pour le travail obligatoire en Autriche, jusqu'à 501 millions de shillings, soit 1,3 milliards de couronnes tchèques. C'est ce qui ressort de l'accord signé ce mardi à Vienne par le chef des négociateurs tchèques et directeur du département Europe centrale au ministère des Affaires étrangères, Jiri Sitler.