Nouvelles Samedi, 07. OCTOBRE, 2000

r_2100x1400_radio_praha.png

Infos: 7.10.2000

Par Jan Uhlir

Vaclav Havel croit à la fin du régime Milosevic

Le président Vaclav Havel a exprimé, ce vendredi, sa conviction que l'évolution actuelle en Yougoslavie aboutira au passage du pouvoir dans le pays à Vojislav Kostunica. Il espère en même temps qu'il en sera sans violences.

La diplomatie tchèque accueille les changements en Yougoslavie

Le ministère tchèque des Affaires étrangères accueille l'évolution de ces dernières heures en Yougoslavie. Il ne tarde pas à créer, selon le porte-parole du ministère, les conditions permettant à Belgrade de participer aux processus d'intégration européenne. En particulier au Pacte de stabilité pour l'Europe du Sud-Est. La diplomatie tchèque a soutenu déjà auparavant l'idée de la levée des sanctions contre la Yougoslavie.

La Tchéquie peut aider au renouveau de la Yougoslavie

Au lendemain de la levée des sanctions, le ministère tchèque de l'Industrie et du Commerce est prêt à réaliser quatre projets visant le renouveau de la Yougoslavie - une information de Dagmar Placha, porte-parole du ministère.

Milosevic - l'homme du passé

Les réactions des hommes politiques tchèques sont pratiquement unanimes : ils appuient les changements en cours et espèrent que la chute du régime Milosevic se passera de violences. Seuls les extrémistes de droite du Parti républicain patriotique, un groupement minuscule, voient dans Milosevic un « leader national représentant une force morale du peuple de Yougoslavie ».

Pas d'incidents devant l'ambassade de Yougoslavie à Prague

Aux dires de l'ambassadeur de Yougoslavie en République tchèque, Djok Stojcic, quelques-uns des manifestants auraient tenté, dans la nuit de jeudi à vendredi, d'occuper l'ambassade yougoslave à Prague. Eva Brozova, porte-parole de la police tchèque, est toutefois d'un autre avis. « La manifestation s'est déroulée sans incidents quelconques », a-t-elle dit ce vendredi.

La centrale de Temelin avant son activation

La centrale nucléaire de Temelin, en Bohême du sud, ne sera pas mise en service avant lundi. L'Office d'Etat de la sécurité nucléaire en a informé lors d'une conférence de presse tenue ce vendredi, quelques heures après que le groupe CEZ ait demandé son autorisation d'activation du combustible.

Blocus à la frontière tchéco-autrichienne

Avec l'approche de cet acte, les protestations des écologistes, autrichiens en particulier, gagnent en intensité. Pendant toute la journée, tous les passages-frontière entre la Tchéquie et l'Autriche ont été bloqués par les activistes autrichiens. Comme le blocus a été annoncé à l'avance, de longues files d'attente ont été évitées.

Lettre ouverte d'écologistes tchèques

Les protestations contre la centrale de Temelin n'ont pas eu lieu seulement à la frontière. Une vingtaine d'écologistes tchèques se sont réunis à Cesky Krumlov. Dans une lettre ouverte, ils exhortent l'Office d'Etat de la sécurité nucléaire à reporter la mise en marche de la centrale tant que son impact sur l'environnement ne sera pas examiné.

Milos Zeman sera reçu par le pape

Le Premier ministre Milos Zeman est attendu à Rome, fin octobre. Selon le vice-ministre des Affaires étrangères, Martin Palous, le chef du cabinet tchèque devrait visiter le pape Jean-Paul II. Martin Palous en a informé à l'issue du quatrième tour de négociations sur l'accord international entre la République tchèque et le Vatican.

Les patrons routiers restent mécontents

Entre temps, les patrons routiers demandent au Premier ministre d'organiser leur rencontre avec le ministre des Finances, Pavel Mertlik. Cela d'ici à mercredi prochain. Ils expriment ainsi leur mécontentement du déroulement de leurs négociations avec le patron des Transports, Jaromir Schling. La plupart de leurs revendications, disent-ils, relèvent d'ailleurs de la compétence de Pavel Mertlik.

Météo

L'automne ne s'annonce plus, l'automne est là. Avec des pluies et les températures ne dépassant pas 16 °C.