Pillage en Europe

r_2100x1400_radio_praha.png

Ce programme bi-hebdomadaire a été préparé aujourd'hui par Alena Gebertova. Son thème - le pillage des biens culturels et, plus particulièrement, en République tchèque.

Dans ce pays, les vols du patrimoine ont pris une dimension préoccupante. Ils sont perpétrés, notamment, dans des institutions religieuses. Crucifix, mobilier, orfèvreries, tableaux et autres éléments chargés d'histoire et de spiritualité sont arrachés de leur contexte d'origine pour alimenter un trafic illicite des biens culturels et à terme orner les intérieurs d'habitations privées. Beaucoup d'églises dans le pays doivent être fermées une grande partie de la journée, pour n'être ouvertes que pour les messes. Le pillage, pourtant, continue et les chiffres sont éloquents. En République tchèque, le nombre d'objets religieux volés s'est situé, au cours des quinze ans écoulés, autour de 40 000. De nombreuses églises ont été l'objet de vols répétés et elles sont aujourd'hui quasiment vides.

Comment cela a-t-il pu se produire ? Pourquoi cela s'est-il produit ?... Est-ce le prix à payer pour la démocratie ? Ou pour notre incapacité à préserver nos biens ? S'agit-il d'une agression concertée contre notre patrimoine, ou est-ce dû à notre propre indifférence ? ... Autant de questions posées dans la nouvelle publication Pillage en Europe, par Pavel Jirasek, du département du patrimoine mobilier des musées et galeries au Ministère de la Culture de la République tchèque. Il décrit le scénario selon lequel les vols se passent fréquemment : un camion force le portail de l'église, des malfaiteurs en descendent et emportent tout ce qu'ils trouvent. Il s'agit de plus en plus de groupes de professionnels qui utilisent les techniques modernes de communication, collaborent avec des négociants peu scrupuleux et écoulent leurs objets via des réseaux internationaux...

Dans l'histoire moderne, le pillage en Europe n'a jamais été aussi élevé que dans les années 90. Mme Judith Kagan, conservateur en chef du patrimoine à la Direction de l'architecture et du patrimoine explique : Le nouveau millénaire suscitera-t-il plus de respect et d'humilité envers les réalisations de nos ancêtres ? ... L'avenir nous apprendra, si nous méritons notre patrimoine, dit Pavel Jirasek, du Ministère de la Culture tchèque.