Populations rom : l'Agence gouvernementale pour l'intégration met en cause les médias

Une analyse de l'Agence gouvernementale pour l'intégration met en cause la façon dont les médias mettent en scène les stéréotypes sur les populations rom et dramatisent certains faits divers. Sur les 6300 informations recensées entre l'automne 2011 et mai 2012, les trois quarts traitent de la criminalité de cette minorité. Une proportion qui ne correspond pas à la réalité et qui, selon l'agence, conduit à la suspicion systématique des roms quand des délits sont commis. L'étude se base sur 19 quotidiens, chaînes de télévision, radios et serveurs d'informations. Le "bulvár" Blesk, le quotidien à scandale le plus populaire en République tchèque, traite ainsi de criminalité dans neuf sur dix de ses articles sur des Rom. Dans les quatre cinquièmes des informations, ils sont désignés comme les responsables et seulement dans un cinquième comme les victimes. Le rapport dénonce aussi le stéréotype du "bon Rom", qui correspondrait à l'exception dans un océan de crimes. Ce lundi 8 avril est la journée internationale des Rom, célébrée dans de nombreuses villes de République tchèque.

Auteur: Pierre Meignan