Predklasteri - le couvent « Le portail des cieux »

'Portail des cieux'

Puisque cette semaine on parle beaucoup du bicentenaire de la fameuse bataille d'Austerlitz, allons donc faire un tour dans cette région, non loin du chef-lieu de la Moravie du sud, Brno. Nous allons nous rendre dans une petite commune qui se trouve non loin de la ville de Tisnov et où se trouve un bijou très peu connu de l'architecture gothique sur le territoire de la République tchèque. Il s'agit du couvent de Predklasteri. Il porte le nom de « Portail des cieux ».

On ne sait pas exactement à partir de quand la commune de Predklasteri existe, car aucune information écrite ne s'est conservée. Pourtant, il est clair que cette région se trouvant entre de hautes collines était peuplée déjà dans les temps très anciens. Une preuve : les découvertes faites dans les fouilles archéologiques au pied de la colline Drinova datant de l'ère du bronze. Dans l'aire du convent du Portail des cieux, on a découvert des vestiges datant de l'ère du fer. Comme l'histoire de la commune de Predklasteri est étroitement liée à celle de la petite ville de Tisnov, nous disposons quand même d'informations sur son histoire ancienne. Tisnov était une localité où se trouvait une station de changement des chevaux des attelages sur la route commerciale reliant la Moravie à la Bohême. La première information écrite sur Tisnov date de l'an 1168, quand la localité est devenue la propriété de l'ordre des Templiers. Pourtant, les données les plus précises sont celles qui concerne la fondation du couvent du Portail des cieux, à Predklasteri. Elles datent de 1230 et font état de la fondation du couvent par la reine Constance, la veuve du roi de Bohême, Premyslide Otokar 1er. Le couvent et l'église qui en fait partie, ont été sanctifiés en 1239. Le couvent a été construit sur des terrains qui étaient un don du fils de la reine, le margrave morave, Premyslide, et possédait, de la grâce de son frère, le roi Venceslas 1er, un grand nombre de hameaux et villages voisins. Le couvent est un témoin muet de la fin de l'époque romane et du début du gothique. L'église à trois nefs de l'Assomption de la Vierge est connue dans le monde entier de l'architecture, grâce à son imposant portail de style cathédrale et son cloître où s'est conservé la voûte originale en gothique précosse. A ces débuts, la commune de Predklasteri ressemblait certainement à toutes les petites communes paroissiales de l'époque : un groupe de maisons éparpillées autour de l'église et du couvent...

'Portail des cieux'
Le couvent et l'église étaient, comme de coutume en ces temps anciens, le refuge des habitants en cas de danger. Ainsi donc, il a résisté aux invasions des Huns et des Tartares, grâce au fait qu'il était aussi entouré de profonds étangs. Predklasteri et son couvent ont vécu une riche période d'épanouissement jusqu'aux guerres hussites. Lors de ces dernières, comme un peu tout le territoire de la Bohême et Moravie, ils durent subir le pillage et la destruction. Il ne resta que les murs en pierre... Non loin du couvent, 1 km, peut-être, on peut encore voir les vestiges des remparts construits par les seigneurs de Perstejn, dans la seconde moitié du XVe siècle. L'histoire tragique du couvent et des terres moraves se poursuivie : pillage par les Suédois, la Guerre de Trente ans, jusqu'au nouveau pillage des Prussiens lors des guerres du début du XVIIIe siècle.

Ce ne fut que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, que le couvent, l'église et les communes environnantes commencèrent à revivre. Les bâtiments furent reconstruits, à la place du plus grand étang, on fonda un jardin entouré d'un mur solide et élevé, que l'on peut encore admirer, aujourd'hui. En 1782, un édit de l'empereur Joseph II abolit les couvents, donc aussi celui de la Porte des cieux. Jusqu'à la seconde moitié du XIXe siècle, le couvent servit de manufacture pour la production de tissus de luxe. Ce ne fut qu'en 1861, qu'il redevint un bâtiment religieux pour abriter, en 1901, les soeurs de l'ordre des cistérciennes, comme à l'origine, sous le règne de la reine Constance. Nouveau rebondissement tragique en 1950, après la prise du pouvoir par les communistes en Tchécoslovaquie et l'abolition des ordres religieux, donc aussi des couvents. Le renouveau est pour 1990, après la Révolution de velours en 1989, et le retour de la démocratie, la naissance de la République tchèque indépendante, en 1993... Depuis ce temps-là, le couvent a vécu une ample reconstruction et sert aux besoins de l'ordre des cisterciennes, mais aussi du Musée morave de la ville de Brno.

Si vous vous rendez à Tisnov et que vos pas, ou plutôt les roues de votre voiture vous mènent à Predklasteri, qu'est-ce que vous pourrez admirer ? Aujourd'hui, le couvent ouvre au public, ses salles les plus intéressantes. Naturellement, la beauté du portail de l'église de l'Assomption de la Vierge, attirera vos regards. Mais les intérieurs du couvent du Portail des cieux sont tout aussi attrayants. Vous pourrez déambuler dans le cloître, avec son jardin du Paradis et sa salle du chapitre. En ces lieux, l'histoire et le passé sont omniprésents, vous enveloppent complètement. Il semblerait, vraiment, que vous avez fait un voyage dans le lointain, mais aussi sombre passé du Moyen-Age. L'ordre des cisterciennes n'occupe qu'une partie du couvent. Une autre partie est occupée par le Musée de Brno. Les expositions intéressantes ? Celle de la paléontologie et celle des minéraux. Plus récente, l'exposition des intérieurs des maisons bourgeoises des XIXe et XXe siècles. La plus récente, l'exposition qui est consacrée à l'histoire de l'ordre des cisterciennes et celle du couvent. Elle est intitulée : l'Histoire et le Présent du couvent du portail des cieux.

Et comme nous sommes en Moravie du sud, on peut agrémenter le voyage par une visite des caves à vin de la région, d'un saut à Brno, le centre économique et culturel de la région et, pourquoi pas, puisque nous en parlions au début, d'une visite à Slavkov, Austerlitz, son musée et son monument de la paix.