Prendre un café dans le noir, dans le monde des non-voyants

Photo: CTK

Un café bien particulier à été ouvert, mercredi, dans le centre de Prague, sur la place Ovocny trh, par l'association Svetluska - Luciole en français - qui vient en aide aux non-voyants. Un café baptisé « Potme » - « Dans le noir » - et plongé comme son nom l'indique dans une obscurité totale. L'idée est de faire découvrir le monde des non-voyants aux voyants en les invitant à prendre un café ou un thé servi par un non-voyant à l'intérieur d'un local de quelques mètres carrés. Reportage sur place.

Photo: CTK
Avant d'entrer dans le café qui dispose de six tables de quatre places, Michaela, une jeune étudiante d'une vingtaine d'années, est chargée de l'accueil des clients. S'il n'y pas de longue file d'attente lorsque nous arrivons ce vendredi matin, il convient toutefois de patienter quelques instants avant qu'un guide non-voyant nous emmène à l'intérieur et nous place à la table qui nous a été assignée. Suivons donc notre guide qui nous conseille de longer le mur à l'aide d'une main, l'autre main étant placée sur son épaule.

Jiri Mottl, lui, est voyant et se trouve à la sortie du café, où les clients règlent leur addition. Nous lui avons tout d'abord demandé de nous en dire un peu plus sur le projet :

« Notre café est inspiré de projets similaires qui ont déjà été réalisés à l'étranger, mais l'idée à l'origine est tout à fait tchèque. Le principe est très simple : les gens qui ont la chance de voir peuvent prendre un café dans une pièce plongée dans une obscurité totale et doivent faire entièrement confiance aux non-voyants qui les guident et les servent. »

La caisse, que tient Jiri, est un endroit idéal pour récupérer les impressions des visiteurs :

« J'ai observé deux types de gens et de réactions différents. Il y a d'abord les jeunes qui sont très enthousiastes. Lorsqu'ils ressortent du café, certains d'entre eux se cachent même les yeux. Vous pouvez entendre des mots comme « super », « bizarre », bref des mots qui font partie de leur vocabulaire. Puis il y a les gens plus âgés qui, eux, sont un peu plus décents. Ils ont besoin d'un peu de temps pour s'adapter à ce nouvel environnement. Ils posent des questions avant d'entrer et observent les réactions des autres. Je dirais qu'ils sont plutôt encore un peu plongés à l'intérieur d'eux-mêmes. »

Si l'objectif du projet, on l'a bien compris, est de faire découvrir le monde des non-voyants et l'obscurité dans laquelle ils vivent aux voyants, l'expérience est également riche d'enseignements pour les non-voyants eux-mêmes confrontés à des comportements et des réactions auxquels ils ne s'attendent pas forcément. Jiri explique pourquoi :

La chanteuse Aneta Langerova, photo: CTK
« Je dirais que lorsque vous commencez à connaître le monde des aveugles, vous vous apercevez que ce sont des gens tout à fait normaux qui ont les mêmes préoccupations que les autres. Pendant leur journée de travail, ils sont donc confrontés aux mêmes situations que les autres serveurs. Simplement, certaines de ces situations sont pimentées de certains détails auxquels un voyant n'est pas habitué. Par exemple, lorsqu'ils sont dans l'obscurité, les voyants ont tendance à beaucoup s'aider du toucher. Ils posent donc leurs mains un peu partout. Les non-voyants s'aident aussi beaucoup du toucher, mais moins quand même, ils ont les autres sens développés différemment. Alors, parfois, en fin de journée, ils se plaignent d'avoir été touchés accidentellement à certains endroits du corps par les voyants. Ils n'y sont pas toujours habitués. »

Dès le premier jour de l'ouverture du café, Jiri a, lui, aussi tenté l'expérience. Une expérience enrichissante à plus d'un point :

« Effectivement, j'y suis allé, mais c'était déjà le soir. Le choc avec la lumière en sortant du café n'a donc pas été si frappant. Mais à l'intérieur, j'ai eu l'impression paradoxalement que l'obscurité occupait, remplissait tout à fait l'espace. J'ai également remarqué que je percevais de façon plus intensive les sons. Et ces sons me suffisaient amplement pour que je puisse percevoir et être sensible aux gens qui étaient assis à la même table que moi. D'ailleurs, j'ai fait la connaissance de trois personnes que je n'avais jamais vues auparavant. Nous nous sommes rencontrés dans l'obscurité et c'était une très belle expérience. »

Le café « Potme » est ouvert pour la première fois à Prague, et ce jusqu'au 13 juin tous les jours de 10H00 à 22H00.