Prix du renflouement d'une banque

r_2100x1400_radio_praha.png

La presse tchèque commente l'information selon laquelle la Ceskoslovenska obchodni banka, CSOB (Banque de commerce tchécoslovaque) demandera à l'Etat les garanties de 180 milliards de couronnes (près de 36 milliards de FF) pour les créances irrécouvrables de la Investicni a postovni banka IPB (Banque des postes et des investissements). L'IPB, qui se trouvait au bord de la faillite, a été achetée, l'année dernière, par la CSOB. Tout d'abord le ministre des Finances, Pavel Mertlik, n'évaluait le montant des garanties, que l'Etat serait obligé de payer au nouvel acquéreur, qu'à quelques dizaines de milliards de couronnes. Mercredi dernier, la CSOB a annoncé officiellement qu'il s'agirait de 180 milliards. Le journal Pravo prévoit que cette somme pourrait encore augmenter, car il faudra payer les taux d'intérêts considérables. Selon le journal Zemske noviny, cette transaction coûtera à, chaque contribuable tchèque, jusqu'à 18 000 couronnes. Le journal demande, aussi, pourquoi personne n'a été encore rendu responsable des fautes de l'IPB, qui avaient englouti une telle fortune.